Maroc : le roi donne le signal d’une accélération des réformes

Actualités

A la suite des manifestations du 20 février au Maroc réclamant des réformes politiques et sociales, le roi Mohammed VI a donné le signal d’une accélération des réformes. En installant le Conseil économique et social, une instance qui regroupe une centaine de membres représentant les forces vives de la société, le roi signifie clairement un passage à la vitesse supérieure dans les réformes engagées dans le pays.

Le roi a parlé d’une « forte impulsion à la dynamique réformatrice » enclenchée, qu’il s’agit à présent de consolider par de nouvelles réformes. La poursuite des « réformes structurantes » devrait obéir à une feuille de route claire et des objectifs bien définis. Le but ultime est d’assurer les conditions d’une vie digne, surtout aux plus démunis, et d’offrir des perspectives pour l’emploi des jeunes. C’est cette jeunesse qui était à l’origine des manifestations du 20 février, à travers un appel lancé sur Facebook et relayé par plusieurs associations et organisations de la société civile. Les marches qui ont rassemblé plusieurs milliers de personnes dans différentes villes, se sont déroulées globalement dans le calme, malgré quelques débordements épars. Les ONG et les médias internationaux ont d’ailleurs salué la retenue des forces de l’ordre qui sont restées discrètes lors de ces manifestations. Une image qui contraste avec les violences qui marquent les manifestations dans plusieurs autres pays arabes. 
Le calme et l’ordre qui ont marqué ces manifestations sont attribués par plusieurs observateurs au fait que le Maroc a « déjà entamé sa transition politique ». Une transition qui reste toutefois tributaire d’une nouvelle dynamique réformatrice.

 

Laisser un commentaire