Maroc : manifestations dans le calme à Rabat et Casablanca

Actualités

Le Maroc aussi a été gagné par la fièvre des manifestations de la rue arabe, avec des rassemblements qui se sont toutefois déroulés dans le calme le 20 février à Rabat et à Casablanca, la capitale économique du Royaume. Entre 3000 et 4000 manifestants à Rabat et un millier à Casablanca ont notamment réclamé plus de justice sociale et scandé des slogans hostiles au gouvernement conduit par le premier ministre Abbas El Fassi, dirigeant du parti Istiqlal (droite nationaliste).

Les manifestants ont également réclamé des réformes et une plus grande démocratisation de la vie politique, la lutte contre la corruption et le clientélisme et une meilleure intégration des jeunes dans la vie publique, avant de se disperser dans le calme. La mobilisation fait suite à l’appel lancé par des jeunes sur le réseau social facebook pour manifester pacifiquement le 20 février à l’appui de revendications à caractère social et pour plus de liberté. L’appel, rejoint au début par certaines associations et organisations de la société civile, a cependant vite faibli lorsqu’un groupuscule de l’extrême gauche et les islamistes de Justice et Bienfaisance ont exprimé leur intention de se joindre au mouvement.Craignant un détournement de leurs revendications à caractère social, certains jeunes à l’origine de l’appel sur facebook ont fait le choix de se retirer de la manifestation. Plusieurs d’entre eux ont affirmé que des réformes audacieuses ont été engagées au Maroc depuis une décennie déjà, avec des percées notables sur le front des droits de l’homme, du statut de la femme, de la liberté d’expression, etc. Il s’agit à présent de poursuivre l’élan des réformes en s’attaquant aux carences qui restent à corriger au niveau économique et social, estiment-ils.

 

 

Laisser un commentaire