L’Espagne témoigne des avancées en matière de libertés et de droits humains

Actualités

Le Maroc qui s’arrime de plus en plus à l’Union européenne, a ouvert durant la dernière décade, de grands chantiers non seulement dans les domaines  économique et des infrastructures, mais également dans le social et les droits humains. Des avancées ont été ainsi réalisées en matière de libertés fondamentales et de droits de l’Homme, comme l’atteste ce jeudi, Trinidad Jiménez sur les ondes de la radio publique espagnole (RNE).

La ministre espagnole des Affaires étrangères et de la Coopération a rappelé à ce titre, la mise en place par le Royaume de l’Instance Équité et Réconciliation (IER) qui a pu régler les dossiers des abus et violations commises par le passé.
Jiménez a parlé aussi de la mise en place du jeu politique d’alternance qui, a-t-elle dit, permet de canaliser les sentiments et les expressions des citoyens. Ce qui n’est pas le cas, dit-elle, chez les autres pays de la région.
Revenant sur la nature des liens qui unissent désormais le Maroc à l’espace communautaire grâce aux avancées susmentionnées, la ministre espagnole a souligné que « ce n’est pas par coïncidence que l’Union européenne (UE) entretient des relations stratégiques avec le Maroc, pays avec lequel elle a conclu le Statut avancé ». Le Royaume, a-t-elle affirmé, est le pays le plus stable de la région et celui qui dispose des meilleurs capacités pour l’établissement de  ce genre de relations avec l’UE.
Abordant les rapports entre Madrid et Rabat, Jiménez a souligné que les relations de son pays avec le Maroc sont basées sur le « respect » mutuel, faisant état du satisfecit de Madrid quant à la manière dont les différents sujets d’intérêts commun sont gérés par les deux pays.
Concernant le conflit du Sahara occidental qui est un sujet très sensible et revêt un caractère prioritaire pour le gouvernement marocain, Jiménez a rappelé que ce dossier est traité dans le cadre des Nations unies. Mais cela n’empêche pas l’Espagne, assure-t-elle, de contribuer à favoriser l’entente entre les parties au conflit.
D’autres questions intéressant les deux pays à savoir la gestion des flux migratoires et  l’accord d’association entre l’UE et le Maroc  ont été au menu d’un entretien que la ministre espagnole a eu la veille, avec le nouvel ambassadeur du Maroc à Madrid, Ahmed Ould Souilem. Les nouvelles orientations de la diplomatie espagnole à l’égard du Maroc présagent d’une amélioration crescendo des rapports entre Madrid et Rabat.

 

Laisser un commentaire