Maroc- Espagne : des relations très imbriquées malgré les éruptions conjoncturelles

Actualités

Les éruptions tumultueuses qui entrecoupent épisodiquement les rapports entre le Maroc et l’Espagne, comme l’ont montré les derniers événements de Laayoune, occultent en fait des relations bilatérales très imbriquées, fondées sur des intérêts économiques et de voisinage incontournables. Si ces soubresauts sont promptement relayés par les médias, souvent pour des besoins électoralistes en Espagne, l’Establishment espagnol, lui, reste prudent en raison des intérêts en jeu.

De surcroît, le gouvernement comme les milieux d’affaires espagnols sont conscients que, pour l’Union européenne, le Maroc reste un partenaire de première importance en méditerranée. D’ailleurs, Madrid est l’un des premiers bénéficiaires de l’ancrage économique et politique du Maroc à l’espace européen. Les accords commerciaux passés entre l’UE et le Maroc ont ouvert une voie royale à l’Espagne pour accroître ses investissements dans le Royaume chérifien. En 2009, les investissements espagnols au Maroc étaient les troisièmes en volume, avec toutefois une baisse d’un tiers, due essentiellement au passage à vide causé par la crise financière. Mais sur toute la décennie depuis 1999, l’Espagne a maintenu le cap de second investisseur étranger derrière la France.
Des deux côtés du Détroit, on mesure cette imbrication des intérêts quand on sait que plus de 520 entreprises ibériques opérant dans les secteurs les plus divers sont installées au Maroc. A commencer par celui de l’immobilier et du tourisme, où les promoteurs espagnols ont repris souffle au Maroc après la terrible crise immobilière en Espagne. Le Royaume ibérique exporte, en outre, pour près de 3 milliards d’euros par an de biens et services au Maroc (machines, produits chimiques..). De son côté, le Maroc écoule sur le sol ibérique 21% de ses exportations (confection, produits de la pêche, câbles électriques, phosphates).
Autant d’intérêts entrecroisés qui font dire à de nombreux observateurs qu’en dépit des éruptions conjoncturelles, dues notamment à des rapports historiques d’une étonnante complexité, les deux voisins du Détroit sont tout compte fait, condamnés à s’entendre dans la durée.

 

 

 

Laisser un commentaire