Madrid insiste sur la place « très particulière » du Maroc pour l’Espagne et l’UE

Actualités

Les déclarations de la ministre espagnole des affaires étrangères, Trinidad Jiménez, sur la solidité des relations maroco-espagnoles et sur la place « très particulière » du Royaume sur la rive Sud de la méditerranée, vient confirmer une fois de plus la position privilégiée qu’occupe le Maroc dans l’agenda non seulement de l’Espagne, mais bien au-delà, dans celui de l’Union européenne dans son ensemble. S’exprimant le 18 novembre, devant le Congrès des députés à Madrid, la chef de la diplomatie espagnole, fraîchement nommée à ce poste, par José Luis Rodríguez Zapatero, en remplacement de Miguel Angel Moratinos, a rappelé que pour l’Espagne, le Maroc « n’est pas uniquement un pays voisin », mais un pays « essentiel dans notre politique méditerranéenne, africaine et maghrébine ».

Des relations si étroites et si solides qu’elles permettent à Rabat et Madrid de maintenir les portes du dialogue et de la concertation bilatérales constamment ouvertes. Ainsi, en cas de crise passagère ou de conjoncture bilatérale difficile, le problème est aussitôt traité conjointement et promptement circonscrit. Trinidad Jiménez savait parfaitement de quoi elle parlait, lorsqu’elle a assuré devant les députés espagnols que « les relations entre l’Espagne et le Maroc ont prouvé leur solidité pour affronter les problèmes lorsqu’ils surgissent, dans un climat de respect et de dialogue ». Au niveau de l’Europe dans son ensemble, le Maroc, a insisté la ministre espagnole des affaires étrangères, est le pays de la rive sud de la Méditerranée qui « a le plus fait preuve de volonté de rapprochement avec l’UE et de convergence avec ses normes et ses valeurs ». Ainsi, « le partenariat entre l’UE et le Maroc se base désormais sur l’engagement des deux parties autour de valeurs communes liées au respect des principes démocratiques, des droits de l’Homme et des libertés fondamentales », a-t-elle rappelé. Un engagement qui s’est progressivement renforcé jusqu’à accorder au Maroc le statut avancé dans ses relations privilégiées avec l’Union des 27.

 

Laisser un commentaire