La démocratie, les libertés et la confiance, un dénominateur commun entre le Maroc et l’UE

Actualités

La démocratie, les libertés et la confiance sont autant de valeurs qui constituent désormais un dénominateur commun entre le Maroc et l’Union Européenne. Ce sont également autant de principes et de valeurs qui ont permis au Maroc, selon un diplomate européen, d’être le premier pays du sud méditerranéen à bénéficier d’un statut avancé auprès de l’UE. Les relations qu’entretiennent les deux partenaires, a expliqué l’ambassadeur, chef de la délégation de l’UE au Maroc, Eneko Landaburu, sont fondées sur la confiance mutuelle. Le diplomate européen s’est également félicité lundi à rabat, à l’ouverture du séminaire : «société civile Maroc-UE sur la liberté de la presse», de l’élargissement des espaces des libertés au Maroc, grâce à la politique ambitieuse adoptée durant la dernière décennie, relevant que l’UE encourage cette «tendance favorable».

L’union Européenne, a-t-il assuré, est disposée à accompagner et soutenir le Maroc pour consolider les acquis réalisés dans ce domaine et l’aider à relever les défis qui s’imposent. Parallèlement, le Maroc peut tirer davantage profit de l’expérience de l’Union, pour aller plus loin en matière des libertés. C’est dans ce contexte que se situe cette rencontre de deux jours, qui ambitionne d’examiner les pratiques et standards européens et internationaux dans les domaines en rapport avec la liberté de la presse.
La charte des droits fondamentaux de l’UE constitue, un élément de référence sur lequel se fonde l’Union pour la défense des libertés et de la démocratie, devait rappeler Landaburu, estimant que l’exercice des libertés d’expression exige une limite entre droits et responsabilités. Initiée par la délégation de l’UE au Maroc dans le cadre de l’Instrument européen pour la démocratie et les droits de l’Homme, financé par la Commission européenne, cette rencontre, a en outre permis, un échange constructif sur les défis et les potentialités de la presse au Maroc. Une série de recommandations a été adoptée par les séminaristes. Elles sont de nature à booster la dynamique en cours au Maroc, visant la mise en place des mesures susceptibles de renforcer les garanties pour une presse libre et de qualité. Ces recommandations contribueront aussi à alimenter les travaux du sous-comité UE-Maroc «Droits de l’homme, démocratisation et gouvernance», dont la prochaine session est prévue en octobre 2010.

Laisser un commentaire