Sahara : des sénateurs français impressionnés par les infrastructures réalisées

Actualités

La France, premier partenaire économique et commercial du Maroc, constate avec satisfaction l’impact positif des changements opérés dans le Royaume grâce aux réformes menées simultanément dans divers secteurs ces dernières années. L’auteur de ce témoignage est le sénateur français, Christian Cambon, chef d’une délégation du Sénat français en visite actuellement au Maroc. Le sénateur français s’est dit impressionné par les grands chantiers structurants lancés depuis une décennie au Maroc. Les projets considérables lancés concernent toutes les régions, notamment les provinces sahariennes où les sénateurs français ont effectué une visite du 15 au 17 septembre.

La délégation a pu constater de visu les efforts déployés pour faire du territoire désertique du Sahara un espace de développement durable et de création de richesses au profit de la population locale. « Nous venons de visiter des installations et des équipements répondant aux nécessités de développement économique et de développement durable en faveur de la population et de l’économie de la région », a témoigné M. Christian Cambon. A Laayoune, chef lieu de la région, la délégation française s’est rendue au port El Mersa, visité la halle aux poissons et la station de dessalement de l’eau de mer. « La station de dessalement utilise une technologie soucieuse du respect de l’environnement et un équipement tout à fait performant en vue de produire une eau de qualité au profit de la population », a détaillé M. Cambon. Il s’est en outre félicité de « la réalisation et du fonctionnement d’un très grand port avec une exploitation rationnelle des ressources à El Mersa ». Dans le domaine touristique promis à un avenir attrayant, la délégation a pu constater, là aussi, les efforts déployés pour le développement du secteur. Le lancement d’une ligne maritime régulière entre Laâyoune et les Iles Canaries est révélateur de cette volonté. « A chaque fois, il y a la recherche d’investissement qui soit productif » avec comme résultat un « niveau de vie de la population (qui) est en constante progression », estime M. Cambon.

 

Laisser un commentaire