Maroc-Allemagne : des affinités pour les énergies renouvelables

Actualités

Le Maroc se positionne de plus en plus comme un pionnier pour le développement des énergies renouvelables dans le sud de la méditerranéenne. Un fait qui n’échappe pas à ses partenaires européens, particulièrement ceux qui sont le plus engagés sur le front des énergies propres. C’est dans ce sens qu’il faut considérer la prochaine visite dans le Royaume de l’Allemande Katja Hessel, secrétaire d’Etat chargée de l’Economie de l’Etat de Bavière.

Entre autres dossiers, la responsable allemande porte avec elle celui de l’initiative Desertec. Le gigantesque projet qui projette d’alimenter l’Europe au cours des prochaines décennies, en énergie provenant d’un large réseau de centrales solaires à installer en Afrique du nord et au Moyen Orient. L’intérêt de la ministre bavaroise s’explique aisément lorsqu’on sait le rôle d’avant-garde joué par de grandes entreprises allemandes dans ce projet futuriste. Les investissements prévus sont immenses, plusieurs dizaines de milliards d’euros. Mais l’enjeu est énorme, car il s’agit de fournir à l’Europe 15 pc de ses besoins en électricité à l’horizon 2050.
Ainsi, au cours de sa visite au Maroc, qui aura lieu du 16 au 18 septembre, Mme Hessel compte évoquer ce sujet avec plusieurs chefs d’entreprises et officiels marocains. Surtout que le Maroc a déjà mis sur les rails un grand projet d’énergie solaire destiné à produire 2.000 MW en 2020. La centrale solaire de Ouarzazate, l’un des cinq sites choisis pour ce projet de quelque 9 milliards de dollars, a déjà donné le ton.
Parallèlement au solaire, le Maroc s’est également bien engagé sur la voie de l’éolien. Un parc de 140 MW a ainsi été installé en juin 2010 près de Tanger, à proximité du détroit de Gibraltar. Il s’agit du plus grand parc éolien d’Afrique, qui a nécessité un investissement de 300 millions de dollars.

Laisser un commentaire