UE: important apport financier au développement du Maroc

Actualités
Le Maroc vient de décrocher auprès de son partenaire européen, un consistant apport financier pour son développement socio-économique. Un accord sur le Programme Indicatif National 2011-2013 (PIN) doté d’une enveloppe de 6,3 mds MAD (569,7 M€) a été signé mardi 13 juillet à Rabat par les deux partenaires.
Le nouvel apport financier européen est en hausse annuelle moyenne de l’ordre de 18% par rapport au précédant PIN 2007-2010, faisant du Maroc, le premier récipiendaire de l’aide communautaire dans le voisinage de l’UE.

Le Maroc vient de décrocher auprès de son partenaire européen, un consistant apport financier pour son développement socio-économique. Un accord sur le Programme Indicatif National 2011-2013 (PIN) doté d’une enveloppe de 6,3 mds MAD (569,7 M€) a été signé mardi 13 juillet à Rabat par les deux partenaires.
Le nouvel apport financier européen est en hausse annuelle moyenne de l’ordre de 18% par rapport au précédant PIN 2007-2010, faisant du Maroc, le premier récipiendaire de l’aide communautaire dans le voisinage de l’UE.
Le texte de l’accord définit aussi les modalités de coopération et de soutien financier de l’UE au Maroc pour les trois prochaines années. Les 569 M Euros serviront à financer les réformes en cours au Maroc, dans divers domaines.
Le PIN 2011-2013 retrace aussi les grandes lignes de la coopération financière convenue entre le Maroc et l’UE pour appuyer 10 programmes dans les domaines social, économique, institutionnel et de la bonne gouvernance.
Le programme agricole « Plan Maroc Vert », ainsi que les programmes intitulés « Réussir le Statut avancé » et «modernisation de l’action publique», bénéficieront aussi de cette aide. Celle-ci prévoit par ailleurs, un appui à la réforme de la justice et à la promotion de l’égalité hommes/femmes et des programmes d’intégration des standards environnementaux dans les activités économiques et d’appui à la politique forestière.
Pour le Maroc, cet apport financier de l’UE constitue un nouveau coup de pousse, vu l’énorme effort financier qu’exigent les grands chantiers actuellement ouverts dans divers secteurs.
L’Union européenne, comme l’a assuré son représentant à Rabat, Eneko Landaburu, continuera à appuyer le Royaume dans cette volonté, par une programmation adaptée qui prend en compte les priorités définies d’un commun accord.
La coordination entre les différents acteurs économiques et sociaux a permis d’aboutir à une programmation riche et pertinente, s’intégrant pleinement dans le cadre des priorités de développement socio-économique du Maroc.

Laisser un commentaire