UE-Afrique-Maroc : la coopération triangulaire en perspective

Actualités
Fort d’un partenariat réussi avec l’Union européenne et des échanges prometteurs avec l’Afrique subsaharienne, le Maroc est en train de capitaliser sur sa position géographique intermédiaire pour jouer le rôle de trait d’union entre l’Afrique et l’Europe. L’objectif est de structurer une véritable coopération triangulaire.

Fort d’un partenariat réussi avec l’Union européenne et des échanges prometteurs avec l’Afrique subsaharienne, le Maroc est en train de capitaliser sur sa position géographique intermédiaire pour jouer le rôle de trait d’union entre l’Afrique et l’Europe. L’objectif est de structurer une véritable coopération triangulaire.
La relation privilégiée qu’entretient le Maroc avec les pays européens, tient au fait que les deux partenaires partagent des valeurs communes qui font de l’Etat de droit et de l’ouverture, la pierre angulaire de la promotion de la société moderne.
Au niveau économique et commercial, le fort ancrage du Maroc à l’espace européen, en plus des liens historiques, culturels et la proximité géographique, sont des atouts déterminants qui favorisent la coopération bilatérale. La conclusion de l’accord d’association Maroc-UE, renforcé ultérieurement par le statut avancé accordé au Maroc, renseigne  sur la densité et la pérennité de cette brillante relation.
De l’autre côté, l’Union européenne ne cesse d’inciter au développement des relations sud-sud afin de favoriser l’émergence d’une plateforme d’échanges horizontale, qui viendrait contrebalancer la circulation à sens unique nord-sud.
C’est précisément dans l’ambition de devenir un trait d’union entre ces deux espaces que se situe l’action du Maroc. Grâce à l’expérience et au savoir-faire accumulés par ses entreprises, ses banques  et ses institutions financières, le Royaume est déjà présent dans plusieurs Etats d’Afrique subsaharienne.
En plus des banques BMCE et Attijariwafa bank, présentes dans plus d’une douzaine de pays africains, les opérateurs marocains dans des domaines aussi diversifiés que l’électrification, l’eau potable, les travaux publics et les mines, les  télécommunications, sont actifs au Sénégal, au Mali, au Burkina Faso, au Gabon, en Mauritanie …
De surcroît, la coopération triangulaire s’avère d’autant plus judicieuse que les entreprises européennes elles-mêmes en font la promotion. Le 2 juillet dernier, le président du conseil de surveillance de Vivendi, Jean-René Fourtou, s’adressait à ses pairs du patronat français en ces termes : « Le Maroc est une base exceptionnelle pour se développer en Afrique (et) les cadres marocains sont bien mieux placés que les Français pour y réussir une implantation ».

Laisser un commentaire