Maroc-France : Un partenariat exceptionnel concrétisé par des projets innovants

Actualités
Le partenariat exceptionnel existant entre la France et le Maroc transparait dans le bilan de la rencontre de haut niveau qui a réuni, vendredi 2 juillet à Paris, les Premiers ministres marocain et français, entourés de membres des deux gouvernements et de décideurs économiques des deux pays. Brève mais dense dans son contenu, cette rencontre donne toute la mesure de la brillante relation qu’entretiennent les deux pays.

Le partenariat exceptionnel existant entre la France et le Maroc transparait dans le bilan de la rencontre de haut niveau qui a réuni, vendredi 2 juillet à Paris, les Premiers ministres marocain et français, entourés de membres des deux gouvernements et de décideurs économiques des deux pays. Brève mais dense dans son contenu, cette rencontre donne toute la mesure de la brillante relation qu’entretiennent les deux pays.
Une relation de proximité, éloquemment exprimée par le Premier ministre français, François Fillon, en affirmant que les liens entre les deux pays sont « à leur meilleur niveau ». Mais ce n’est pas une raison pour baisser le rythme des projets communs. Aussi, Paris et Rabat ont-ils décidé de faire « encore mieux », selon les propres termes de François Fillon. En plus des accords de coopération multisectoriels signés pour près de 147 millions d’euros, la France portera à 600 millions d’euros son programme de coopération avec le Royaume jusqu’en 2012. Le montant de ce programme ne dépassait guère 460 millions d’euros entre 2007 et 2009. L’objectif d’un aussi constant engagement de la part de la France est d’accompagner le Maroc dans ses efforts de développement et de modernisation.
Une partie de cette enveloppe servira notamment à augmenter la part du financement français du projet de Train à grande vitesse (TGV), sur la ligne Tanger-Casablanca. Ce projet permettra au Maroc de relier sa capitale économique à la ville du détroit. Une preuve supplémentaire de la détermination du Royaume à réussir un « meilleur ancrage à son espace euro-méditerranéen », a insisté François Fillon.
Le développement de l’énergie nucléaire civile au Maroc et de l’énergie solaire et éolienne sont également inscrits dans l’agenda de la coopération bilatérale. Des projets dans lesquels la partie française s’est déclarée, là aussi, partie prenante dans le cadre d’un partenariat exceptionnel.

Laisser un commentaire