Maroc : l’Autoroute Tanger-Agadir rapproche un peu plus l’Europe et l’Afrique

Actualités
L’autoroute inaugurée lundi 21 juin, et qui établit la liaison entre les villes de Marrakech et Agadir sur 225 km, dépasse par son importance le cadre  purement marocain pour s’inscrire dans une perspective de liaison autoroutière Europe-Afrique, et constituer le prolongement naturel de l’autoroute maghrébine.

L’autoroute inaugurée lundi 21 juin, et qui établit la liaison entre les villes de Marrakech et Agadir sur 225 km, dépasse par son importance le cadre  purement marocain pour s’inscrire dans une perspective de liaison autoroutière Europe-Afrique, et constituer le prolongement naturel de l’autoroute maghrébine.
On peut désormais voyager de n’importe qu’elle ville européenne jusqu’à Tanger et, de là, poursuivre sur quelque 800 km d’autoroute sans discontinuer, jusqu’à la célèbre station balnéaire d’Agadir. L’ambition de relier Marrakech à la capitale du Souss s’est depuis longtemps heurtée à la difficulté du tracé autoroutier à travers le Haut Atlas. Maintenant, c’est chose faite, la montagne a été domptée et les sommets creusés ou contournés. Avec cette nouvelle liaison, le réseau autoroutier du Maroc est porté à environ 1100 km.
Outre l’économie de temps et de carburant, la nouvelle autoroute offrira des opportunités supplémentaires aux deux villes marocaines, déjà mondialement connues pour leur irrésistible attrait touristique. Ainsi, le trajet Marrakech-Agadir pourra être effectué en 2 heures seulement au lieu de 4 heures, alors que le voyageur pourra désormais partir le matin de Tanger et prendre son déjeuner à Agadir. Le trajet nécessitait au moins 14 heures au volant.
De surcroît, en réduisant de moitié le parcours Marrakech-Agadir, la nouvelle autoroute permettra de fusionner les produits touristiques passablement distincts des deux villes. Les circuits culturels de Marrakech pourront être aisément associés à l’offre balnéaire d’Agadir, le généreux ensoleillement des deux villes faisant le reste.
D’autre part, la prochaine entrée en service d’un autre axe autoroutier devant relier Fès et Oujda, ville frontalière avec l’Algérie, permettra de concrétiser la vieille ambition d’une autoroute trans-maghrébine. Le Maroc offrira alors, de par sa position géographique, une connexion logistique importante entre l’Europe, l’Afrique et le Maghreb.

Laisser un commentaire