Afrique-France : le Maroc défend une coopération triangulaire durable

Afrique-France : le Maroc défend une coopération triangulaire durable

Actualités
Afrique-France : le Maroc défend une coopération triangulaire durableLe sommet Afrique-France de Nice a été marqué cette année par une démarche novatrice, qui s’est concrétisée par l’ouverture sur le monde des affaires et l’association des décideurs économiques aux débats des politiques. C’était là, pour le Maroc, une nouvelle occasion pour défendre son approche en faveur de l’approfondissement d’une coopération triangulaire fructueuse pour les différentes parties. Se basant sur une expérience éprouvée dans la coopération sud-sud en direction de nombreux pays africains autant que sur des relations privilégiées avec l’Union européenne, le Maroc ne cesse de prôner l’enrichissement de cette coopération trilatérale.

Une coopération identifiée depuis longtemps comme un moyen sûr et adapté pour connecter le continent africain aux flux d’investissements internationaux, au transfert de technologie et au développement économique durable. Fervent défenseur de la coopération sud-sud, le Maroc est déjà pleinement engagé dans des partenariats économiques interafricains, en capitalisant sur le statut avancé qui l’unit à l’UE. Ainsi de nombreuses entreprises marocaines sont présentes en Afrique, particulièrement dans les domaines des télécommunications, des services aéronautiques, des banques et des institutions financières, du BTP, etc. En matière de formation, des milliers de cadres et de techniciens de différents pays africains ont été formés au Maroc dans différentes spécialités, depuis les années 70. Durant les 20 dernières années, quelque 15.000 étudiants de 42 pays africains ont étudié au Maroc, où la majorité a bénéficié de bourses marocaines. En outre, plus de 1.000 techniciens africains ont reçu leur formation au Maroc dans les domaines de l’agriculture, de la santé, de la pêche maritime, de l’artisanat, etc. Aujourd’hui, ils sont des cadres qui participent à l’encadrement et au développement en Afrique. Autant dire que la coopération sud-sud n’est pas un vain mot quand le Maroc préconise un approfondissement de la coopération triangulaire, adossée notamment à son partenariat politique, économique, financier et culturel avec l’UE. Et dans ce sens, le sommet de Nice a commencé par donner forme à ce partenariat triangulaire, en réunissant près de 300 chefs d’entreprises français et africains autour du financement des entreprises, de la formation professionnelle et de l’environnement des affaires.

Laisser un commentaire