Maroc : Engagement pour les objectifs de la conférence mondiale sur le travail des enfants

Actualités
La Conférence mondiale tenue les 10 et 11 mai par le ministère des Affaires sociales et de l’Emploi des Pays-Bas en collaboration avec le BIT, l’UNICEF et la Banque mondiale sur le travail des enfants a été une nouvelle occasion pour mettre en exergue les différentes réformes législatives et institutionnelles d’envergure entreprises par le Maroc durant les dix dernières années visant la protection et la préservation des droits de l’enfant.

La Conférence mondiale tenue les 10 et 11 mai par le ministère des Affaires sociales et de l’Emploi des Pays-Bas en collaboration avec le BIT, l’UNICEF et la Banque mondiale sur le travail des enfants a été une nouvelle occasion pour mettre en exergue les différentes réformes législatives et institutionnelles d’envergure entreprises par le Maroc durant les dix dernières années visant la protection et la préservation des droits de l’enfant.
En effet, le Maroc a réitéré son engagement  ferme pour atteindre les objectifs de la feuille de route de la conférence mondiale sur le travail des enfants. Il a montré également sa disposition à partagé son expérience pionnière avec tous les pays de la région et du continent.
Il faut dire aussi que cette conférence a été également l’occasion pour les différents pays et les multiples organismes internationaux pour échanger, partager les meilleures pratiques et surtout convenir des mesures nécessaires à prendre pour éliminer à l’horizon 2016 toutes les pires formes du travail des enfants.  
L’expérience marocaine en matière de protection de l’enfance a fait l’objet d’une présentation appréciée à l’unanimité par les participants qui n’ont pas manqué de saluer l’engagement du Maroc en faveur des droits de l’enfant.
Participant à cette réunion, le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, M. Jamal Rhmani, a souligné à La Haye, l’engagement ferme du Maroc à atteindre les objectifs de la feuille de route qui a couronné les travaux la Conférence mondiale sur le travail des enfants.  
S’exprimant lors de la clôture de cette rencontre, le ministre a exprimé l’adhésion du Maroc à la feuille de route et à l’esprit qui a conduit à son adoption : celui d’un monde juste, équitable et solidaire où tous les enfants du monde ont droit à la santé, à l’éducation, au développement saint et à la protection.  
En effet, le Maroc s’est engagé à prendre plusieurs mesures pour atteindre les objectifs de cette feuille de route dont particulièrement l’adoption d’une loi nationale spécifique aux travaux domestiques interdisant l’emploi des enfants de moins de quinze ans, projet déjà préparé et mis dans le circuit d’adoption.
En outre, le Maroc a annoncé l’engagement du Royaume à la révision, en vue de son extension, de la liste des travaux dangereux interdits aux enfants de moins de 18 ans de 10 à 30 travaux.
Dans ce sens, on ne peut que se féliciter des efforts consentis par le Royaume pour la protection des droits des enfants, il s’agit notamment de la poursuite et le renforcement du programme TISSIR d’aide directe aux familles vulnérables pour lutter contre l’abandon scolaire et l’extension géographique et des effectifs bénéficiant de ce programme.
Les engagements du Royaume comprennent également la réalisation d’études pour l’identification des enfants impliqués dans les pires formes du travail des enfants, la poursuite de la politique d’appui aux ONG œuvrant dans le domaine de la protection des enfants et le renforcement des mesures de contrôle de l’application de la réglementation national relative en la matière.  
Par ailleurs, l’appui à la mise en œuvre de la Norme Sociale Nationale sur la conformité sociale de l’entreprise figure à la première place de ces engagements, s’y ajoute la mise en œuvre de politiques volontaristes de l’emploi favorisant l’intégration des catégories vulnérables sur le marché du travail par le biais de la formation.
Force est de souligner que le Maroc non seulement s’engage dans la voie de la protection et la préservation des droits de l’enfant, mais également et surtout reste disposé dans le cadre d’une coopération triangulaire à partager son expérience avec tous les pays de la région et du continent pour un monde juste et équitable en faveur d’une enfance épanouie et bien protégée.

Laisser un commentaire