Maroc-UE : le partenariat renforcé par une commission parlementaire mixte

Actualités
La constitution d’une commission parlementaire mixte entre le Maroc et l’Union européenne, mercredi 5 mai à Bruxelles, est un évènement essentiel dans le long parcours des relations tissées patiemment entre le Royaume et l’UE, et qui ont été couronnées par l’octroi au Royaume du « Statut avancé ».
Outre son caractère d’instance ayant vocation à apporter une valeur ajoutée à la mise en œuvre du statut avancé, cette commission parlementaire illustre parfaitement la détermination du Maroc comme celle de l’UE, de fonder leur partenariat dans la durée et la continuité.

La constitution d’une commission parlementaire mixte entre le Maroc et l’Union européenne, mercredi 5 mai à Bruxelles, est un évènement essentiel dans le long parcours des relations tissées patiemment entre le Royaume et l’UE, et qui ont été couronnées par l’octroi au Royaume du « Statut avancé ».
Outre son caractère d’instance ayant vocation à apporter une valeur ajoutée à la mise en œuvre du statut avancé, cette commission parlementaire illustre parfaitement la détermination du Maroc comme celle de l’UE, de fonder leur partenariat dans la durée et la continuité.
C’est pourquoi les deux parties ont eu raison de rappeler, au cours de la  réunion constitutive de la commission à Bruxelles, que cette institution ne peut se contenter d’être une simple instance destinée à consacrer la légitimité démocratique du partenariat maroco-européen. Elle doit, de surcroît, devenir un instrument dynamique d’amélioration et d’optimisation de cette relation privilégiée.
Désormais, le dialogue politique et parlementaire maroco-européen se voit élevé du rang d’un simple échange occasionnel, à un dialogue institutionnalisé et permanent. Pour les deux partenaires, cette évolution fait partie d’une stratégie mûrement réfléchie et fondée sur des choix irréversibles et inscrits dans le long terme.
Du côté du Maroc, la création de cette commission mixte parlementaire représente une reconnaissance claire de son adhésion aux valeurs de démocratie et de l’Etat de droit. Des valeurs qui confortent son ancrage à l’Europe et son cheminement résolu sur la voie de la modernité.
Du côté de l’Europe, le fait d’institutionnaliser un dialogue parlementaire continu avec un pays du Sud méditerranéen, traduit la reconnaissance par l’UE de l’ampleur des progrès accomplis par le Maroc au cours des dernières années. Et la réunion, en mars dernier à Grenade, du premier Sommet entre l’UE et le Maroc, en est la meilleure illustration.
A cet égard, les propos du commissaire européen Stefan Fule, lors de la réunion de Bruxelles sont éloquents : c’est un sommet qui illustre « l’importance politique que nous attachons à notre relation, et réaffirme l’étendue de nos ambitions et la place privilégiée du Maroc, partenaire essentiel dans le partenariat euro-méditerranéen et dans le monde arabe ».

Laisser un commentaire