Energie : le Maroc et la France renforcent leur coopération

Actualités
La coopération bilatérale entre le Maroc et la France se renforce d’année en année en touchant plusieurs secteurs et divers domaines d’intérêt commun. Les deux parties viennent de signer trois accords bilatéraux dans le domaine énergétique.
Force est de souligner que ces accords de coopération arrivent à point nommé puisqu’ils s’inscrivent dans la dynamique exemplaire et avant-gardiste que connaît le Royaume dans le domaine des énergies renouvelables. Ils mettent en relief l’engagement ferme du Maroc en faveur de l’environnement, concrétisé par le lancement de grands projets faisant du développement durable et du respect de l’environnement un enjeu stratégique pour le pays.  

La coopération bilatérale entre le Maroc et la France se renforce d’année en année en touchant plusieurs secteurs et divers domaines d’intérêt commun. Les deux parties viennent de signer trois accords bilatéraux dans le domaine énergétique.
Force est de souligner que ces accords de coopération arrivent à point nommé puisqu’ils s’inscrivent dans la dynamique exemplaire et avant-gardiste que connaît le Royaume dans le domaine des énergies renouvelables. Ils mettent en relief l’engagement ferme du Maroc en faveur de l’environnement, concrétisé par le lancement de grands projets faisant du développement durable et du respect de l’environnement un enjeu stratégique pour le pays.  
Ces accords ont été signés par la ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Mme Amina Benkhadra et le ministre d’Etat français, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer, en charge de la Technologie verte et des Négociations sur le climat, M. Jean-Louis Borloo.
Le premier accord revêt une importance capitale qui sied avec l’engagement du Royaume en faveur de l’écologie et de l’environnement. Il porte sur la construction d’une ville nouvelle pilote (Ch’rafat-région de Tanger) à faible consommation d’énergie.  
Ce projet sera financé par la partie française sous forme de don d’un montant qui s’élève à 521.158 euros, au titre du fonds d’étude et d’aide au secteur privé (FASEP), alors que le Maroc prendra en charge le financement et la réalisation de la construction du bâtiment pilote.
Ce premier accord prévoit également l’accompagnement par les autorités françaises et marocaines de la mise en œuvre, au Maroc, d’un code d’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment. Le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) participera au financement de ce projet, sous forme de don de 900.000 euros pour l’appui au programme national d’efficacité énergétique dans le bâtiment.
La seconde convention a été signée entre l’Agence de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ADEREE) et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) de France.
Elle a pour objectif de développer davantage la coopération bilatérale entre le Maroc et la France dans le domaine des énergies renouvelables, particulièrement en ce qui concerne l’évaluation des ressources, des systèmes de production ainsi qu’au niveau des nouvelles applications (éolien, solaire photovoltaïque, thermique, thermodynamique et biomasse), notamment au profit de l’accès à l’énergie en milieu urbain et rural.
Elle s’assigne également comme objectif de développer la coopération entre les deux parties dans le domaine de l’efficacité énergétique et des technologies propres et ce, à travers notamment le développement des expertises et de la recherche, l’encouragement de partenariats entre les sociétés marocaines et les sociétés françaises œuvrant dans ces domaines.
Cette convention porte, aussi, sur l’animation et l’accompagnement des politiques dans ces domaines au niveau régional ainsi que la sensibilisation aux problématiques du développement durable et des changements climatiques.
Pour ce qui est du troisième accord, il a été signé entre l’Office National de l’Électricité (ONE) et l’Agence française de développement (AFD). Il porte sur le financement de la 5ème phase du programme d’électrification rurale global (PERG), dont l’objectif est d’étendre la desserte électrique dans huit provinces à savoir El Hajeb, El Jadida, Errachidia, Ifrane, Khénifra, Khémisset, Kalâa Sraghna et Meknès,.
Il est à noter que cette desserte électrique bénéficiera à 449 villages et 17.872 foyers pour un coût à hauteur de 534 MDH (environ 49 MEUR).  
Ceci dit, on ne peut que se féliciter de la qualité et de l’exemplarité de la coopération bilatérale entre le Maroc et la France qui ne cesse de se développer au fil des années, en ciblant des domaines aussi variés que stratégiques.

Laisser un commentaire