Maroc-UE : Le processus de réforme au Maroc discuté à Bruxelles

Actualités
Le statut avancé dont bénéficie le Maroc dans ses relations avec l’Union européenne, est à chaque fois confirmé par les consultations régulières et les échanges productifs inscrits dans le calendrier des deux parties. La tenue des 4èmes consultations politiques Maroc-UE, le 22 avril à Bruxelles, est la dernière en date de ces rendez-vous qui traduisent la solidité de relations privilégiées, forgées dans une longue et étroite coopération multisectorielle.

Le statut avancé dont bénéficie le Maroc dans ses relations avec l’Union européenne, est à chaque fois confirmé par les consultations régulières et les échanges productifs inscrits dans le calendrier des deux parties. La tenue des 4èmes consultations politiques Maroc-UE, le 22 avril à Bruxelles, est la dernière en date de ces rendez-vous qui traduisent la solidité de relations privilégiées, forgées dans une longue et étroite coopération multisectorielle.
A l’ordre du jour de cette session du dialogue politique régulier figurait, entre autres points, la poursuite du processus de réforme et de modernisation engagé par le Maroc depuis plusieurs années. La partie européenne a pu ainsi mesurer les étapes franchies par le Royaume dans ce domaine. Ce qui ne manquera pas de renforcer davantage un partenariat volontairement audacieux, mené avec conviction de part et d’autre de la méditerranée.
Cette étroite coopération avait déjà bénéficié d’une forte impulsion politique lors du sommet Maroc-UE de Grenade, tenu en mars dernier sous la présidence espagnole de l’Union européenne. Un sommet qui restera emblématique des relations entre l’UE et son environnement méditerranéen, puisqu’il est le premier du genre que l’UE tient avec un pays du Sud de la méditerranée.
Le dialogue ainsi institutionnalisé entre l’UE et le Maroc ne devrait pourtant pas en rester là. Le mécanisme élaboré pour mettre en place en 2010 une commission parlementaire conjointe maroco-européenne, devrait aller dans le sens de l’enracinement de cette relation privilégiée.
Cet aspect politique du partenariat est appelé à se structurer parallèlement à l’intégration progressive du Maroc au sein du marché européen, et du renforcement de la convergence au niveau de la réglementation. La finalisation des négociations sur le volet agricole et la libéralisation du commerce, ainsi que l’amélioration de la connexion des réseaux énergétiques et des transports, la multiplication des échanges culturels, scientifiques et entre les sociétés civiles, devraient achever de finaliser les contours de ce partenariat durable et privilégié.

Laisser un commentaire