Rapport sur la Réforme dans le Monde Arabe : La Jordanie et le Maroc en tête

Actualités
Le dernier rapport « Etat de la Réforme dans le Monde Arabe » 2009-2010 classe le Maroc en 2ème position parmi les pays arabes concernés par l’index d’évaluation du statut de la démocratie dans ces pays, confirmant ainsi les conclusions d’autres institutions internationales en la matière, notamment celles de l’Union européenne et du PNUD.

Le dernier rapport « Etat de la Réforme dans le Monde Arabe » 2009-2010 classe le Maroc en 2ème position parmi les pays arabes concernés par l’index d’évaluation du statut de la démocratie dans ces pays, confirmant ainsi les conclusions d’autres institutions internationales en la matière, notamment celles de l’Union européenne et du PNUD.
Le rapport, présenté le 29 mars à Paris, se base sur la collecte et l’analyse de données portant sur quarante indicateurs liés au processus de transition démocratique. Sur la base de ces critères, la Jordanie occupe la première place avec 620 points (sur 1000). Le Maroc vient en deuxième position, soit la même que l’année dernière, avec 601 points.
L’étude comporte quarante indicateurs qui évaluent quatre principes essentiels liés au processus de démocratisation: « des institutions publiques fortes et responsables », « le respect des droits et des libertés », « la primauté de la loi », et « l’égalité et la justice sociale ». Les indicateurs sélectionnés mesurent les enjeux politiques, économiques et sociaux au quotidien, et recouvrent l’ensemble du processus décisionnel démocratique.
Dix pays arabes sont concernés par le baromètre. Sur la base des  critères retenus, l’Égypte vient en troisième position (596 points), suivie du Liban (583 points), de l’Algérie (570 points) et du Koweït (553 points). La Palestine arrive en septième position avec 506 points, puis la Syrie (461 points), le Yémen (457 points) et l’Arabie saoudite (402 points).
« Il existe un écart de mesure considérable entre les moyens et les pratiques de la transition démocratique, un phénomène qui est clairement mesuré et décrit par l’Index », explique Khalil Shikaki, rédacteur principal du rapport et Directeur du Palestinian Center for Policy and Survey Research.
Du côté du Conseil de l’Union européenne, M. Christian F. Jouret rappelle que l’octroi du statut avancé au Maroc s’est basé sur des critères qui se rapprochent de ceux retenus par le rapport arabe, en particulier le degré d’écart entre la mise en place de textes et d’institutions et leur fonctionnement.

Laisser un commentaire