Maroc – UE : Appui de l’UE à la mise en œuvre de la stratégie nationale de l’éducation

Actualités
Faisant de l’éducation une priorité stratégique du pays et le cheval de bataille pour relever les défis de demain, le Maroc n’a eu de cesse de déployer des efforts considérables pour hisser son système d’éducation et de formation au diapason des standards internationaux.
A cet effet, le Royaume s’est doté d’une stratégie nationale de l’éducation qui s’inscrit dans la dynamique de la réforme du système éducatif du pays, initiée avec la Charte pour l’Éducation et la Formation et renforcée par le Programme d’Urgence.

Faisant de l’éducation une priorité stratégique du pays et le cheval de bataille pour relever les défis de demain, le Maroc n’a eu de cesse de déployer des efforts considérables pour hisser son système d’éducation et de formation au diapason des standards internationaux.
A cet effet, le Royaume s’est doté d’une stratégie nationale de l’éducation qui s’inscrit dans la dynamique de la réforme du système éducatif du pays, initiée avec la Charte pour l’Éducation et la Formation et renforcée par le Programme d’Urgence
En effet, le secteur de l’éducation a connu une avancée remarquable au cours des dix dernières années. Le Royaume ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Il ambitionne d’améliorer davantage la qualité de son système d’éducation et de formation en misant sur la qualité et la richesse de son potentiel humain.
A l’instar des autres réformes engagées, celle de l’éducation a bénéficié, elle aussi, d’un appui financier de l’UE. Dans ce cadre, l’Union européenne (UE) a accordé au Maroc un don de 1.224 millions de dirhams pour appuyer la mise en œuvre de la stratégie nationale de l’éducation.
La convention de financement relative à ce don a été signée à Rabat par le ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique, Ahmed Akhchichine et l’ambassadeur de l’UE au Maroc, Eneku Landaburu.
Cette convention concerne le financement de deux programmes d’appui à la mise en œuvre de la stratégie nationale dans le domaine de l’éducation. Concernant le premier programme, il porte sur une contribution de 1.054 MDH (93 millions d’euros).
Il a pour objectif d’assurer un enseignement obligatoire à tous, en octroyant la priorité aux enfants et adolescents issus de milieux défavorisés, de renforcer les compétences professionnelles du corps enseignant, de réduire le taux d’abandon scolaire et de booster la gouvernance responsable et équitable.
Pour ce qui est du deuxième programme, il porte sur le soutien à la construction et à la réhabilitation d’établissements scolaires en milieu rural et périurbain prévus dans le Programme d’Urgence de l’Education Nationale. Le montant global de ce deuxième programme s’élève à 170 MDH (15 millions d’euros).
Lors de la signature de la convention de financement, l’ambassadeur de l’UE au Maroc, Eneku Landaburu a affirmé que cette convention est le «fruit des efforts soutenus du Maroc et de ses partenaires internationaux en vue d’améliorer les conditions de vie des citoyens marocains, notamment les défavorisés».
Ce programme, «prioritaire» pour l’UE, aidera à «améliorer la qualité de l’éducation et à instaurer l’égalité des chances entre les hommes et les femmes et les différentes classes sociales à l’égard de l’enseignement», a-t-il souligné.
Le programme permettra aussi de responsabiliser les citoyens marocains et de les impliquer dans la vie politique, en faisant d’eux une «valeur ajoutée»  pour le pays, a-t-il ajouté.
Par ailleurs, l’ambassadeur de l’UE a salué à cet effet, les «importantes augmentations consenties par le budget marocain pour l’éducation et a encouragé le pays à poursuivre cette voie, car ce chantier requiert un effort national de longue haleine».
La cérémonie de signature s’est déroulée en présence de la représentante résidente de la Banque Mondiale au Maroc, Françoise Clottes, des représentants de l’Agence Française de Développement (AFD) et de la Banque Européenne d’Investissement (BEI).
Force est de souligner dans ce cadre que la contribution de l’UE met en exergue l’exemplarité des relations de coopération entre les deux partenaires et confirme bel et bien la confiance des partenaires internationaux au programme marocain de réforme du système éducatif.
Il faut dire aussi que l’appui financier européen tombe à point nommé d’autant plus qu’il est de nature à impulser une nouvelle dynamique réformatrice en fournissant les moyens financiers nécessaires pour la mise en œuvre de la stratégie nationale de l’éducation.

Laisser un commentaire