Climat des affaires : dynamique des réformes et progrès essentiels à l’investissement

Actualités
Le Maroc figure parmi les pays les plus dynamiques en matière de promotion des investissements et les plus actifs en termes de réformes et de projets structurants. En effet, nul ne saurait ignorer la dynamique enclenchée par les réformes particulièrement celles relatives au cadre juridique des affaires, à la simplification des procédures administratives et au renforcement de la transparence et de la lutte contre la corruption.

Le Maroc figure parmi les pays les plus dynamiques en matière de promotion des investissements et les plus actifs en termes de réformes et de projets structurants. En effet, nul ne saurait ignorer la dynamique enclenchée par les réformes particulièrement celles relatives au cadre juridique des affaires, à la simplification des procédures administratives et au renforcement de la transparence et de la lutte contre la corruption.
Il faut dire que le Royaume s’est engagé dans un processus dynamique de réformes ambitieuses visant à encourager l’initiative privée et à promouvoir un climat sain de nature à améliorer la compétitivité du tissu des entreprises et renforcer l’attractivité de l’économie nationale en termes d’investissements étrangers.
La cadence des réformes initiées par le Maroc ainsi que leur importance et leurs retombées bénéfiques sur le climat des affaires ont été non seulement saluées par bon nombre d’institutions internationales et d’imminents experts mais également présentées comme des cas d’école et d’exemples à suivre par les pays de la région. 
En effet, le Maroc a déployé des efforts considérables pour moderniser et adapter le cadre juridique des affaires, simplifier les procédures et promouvoir les PME. Les initiatives sont légion. Ainsi, on cite à titre indicatif la création de l’AMDI, la consécration des principes de la transparence et du respect des règles de la concurrence loyale dans les transactions économiques et financières à travers l’activation du Conseil de la concurrence, la création de l’unité de traitement des informations financières et l’Instance centrale de prévention contre la corruption, l’accélération des stratégies sectorielles et le lancement de réformes structurelles de nouvelle génération, notamment dans les domaines de la justice, de l’éducation et la formation, et la modernisation de l’administration publique.
Le rapport « Doing Busines 2010 » de la Banque Mondiale relève que le Maroc figure parmi « les pays les plus actifs » en matière de réformes visant la facilitation des transactions commerciales et l’amélioration du climat des affaires. Le Royaume a amélioré son classement en grimpant de deux rangs (de la 130è à 128è place) par rapport au classement 2009.
Selon les auteurs de ce document élaboré par la Société Financière Internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale, seuls trois pays dans la région arabe, dont le Maroc, ont amélioré le système d’information lié aux crédits bancaires.
Le rapport note également que le Royaume a été parmi 27 pays sur 183 ayant introduit des réformes visant la facilitation des conditions d’obtention des crédits bancaires, rappelant la mise en place au Maroc d’un guichet unique pour le lancement d’une entreprise. 
On note également que le Maroc est bien placé pour le critère « Obtention de prêt » dans lequel il a gagné 44 places en allant de la 131 (2009) à la 87place. Une évolution qui témoigne d’une facilité d’accès aux prêts bancaires et aux achats de bien matériel sous crédit et dont le remboursement est souvent étalé sur plusieurs années.
Par rapport aux autres pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du nord, le Maroc a également obtenu de « bons résultats » qui concernent les procédures administratives, estime le rapport intitulé « mener à bien des réformes en ces temps difficiles ». 
Par ailleurs, le Maroc est aussi « relativement bien placé » dans les indicateurs concernant la création d’entreprises, l’obtention des autorisations administratives et l’import-export, relève la même source.
Encore faut-il rappeler que la Banque Mondiale a indiqué que le Maroc a réalisé des progrès indéniables dans divers secteurs indispensables à l’investissement, qui ne sont pas tenus en considération par les indicateurs du rapport « Doing Business 2010 », de la Société financière internationale (SFI). 
Le Maroc est sur la bonne voie du progrès. Par ses initiatives novatrices, ses réformes engagées, il améliore constamment le climat des affaires et déploie des efforts considérables pour la promotion des investissements.

Laisser un commentaire