Maroc-Europe : Le chantier du Maroc des régions est officiellement ouvert

Actualités
Le Roi Mohammed VI a annoncé lors d’un discours prononcé le 3 janvier 2010 au palais royal de Marrakech la création puis l’installation d’une Commission Consultative de la Régionalisation (CCR), qui sera appelée à élaborer un plan d’action intégré présenté au souverain dans moins de 6 mois.

Le Roi Mohammed VI a annoncé lors d’un discours prononcé le 3 janvier 2010 au palais royal de Marrakech la création puis l’installation d’une Commission Consultative de la Régionalisation (CCR), qui sera appelée à élaborer un plan d’action intégré présenté au souverain dans moins de 6 mois. L’annonce du lancement de la régionalisation constitue, selon bon nombre d’observateurs, la première grande initiative de la deuxième décennie de règne du souverain marocain, et se veut un instrument de promotion de la bonne gouvernance et de la gestion décentralisée. En effet, en lançant officiellement le chantier du Maroc des régions, Mohammed VI veut adresser un triple message. En premier lieu, le Maroc veut déployer un modèle unique et avant-gardiste de gestion décentralisée et déconcentré.  En second lieu, le Royaume Chérifien prend son destin en main et avance dans le chantier des régions en dépit des blocages de ses adversaires sur la question du Sahara. Enfin, le royaume est entrain de se mettre à niveau pour être à la hauteur des attentes que suscite son arrimage à l’Europe, à travers le statut avancé signé il ya maintenant plus d’un an. Ce dernier point est capital car un certain nombre de pays européens ont adopté des modèles de gestion décentralisée ambitieux, et leurs territoires sont devenus des acteurs à part entière dans une économie mondialisée. C’est précisément l’ambition du Maroc que de permettre le décollage économique de ses régions les plus dynamiques, tout en mettant en place les mécanismes de solidarité nationale en faveur des zones qui ont plus de mal à émerger. L’objectif poursuivi par Mohammed VI est clair : « Il s’agit, tout d’abord, de l’avènement de régions à part entière viables et stables dans le temps, fondées sur des critères rationnels et réalistes, inhérents à un système de régionalisation nouveau. ». La gouvernance locale est placée au cœur du dispositif, puisque le souverain précise son objectif en affirmant que « Vient, en second lieu, l’émergence souhaitée de conseils démocratiques disposant des prérogatives et des ressources dont ils ont besoin pour prendre en charge le développement régional intégré. ». Etant donné la densité du programme, il semblerait que les 21 experts désignés par le roi ne soient pas de trop pour plancher sur ce chantier de la régionalisation avancée, qui devra permettre au royaume Chérifien de gagner en compétitivité et de déployer toutes les forces vives de la nation sur l’ensemble de son territoire.

Laisser un commentaire