La justice, l’amorce d’une réforme globale et substantielle

Actualités
C’est avec une grande détermination adossée à une vision ambitieuse et innovante que la Maroc entame l’immense chantier de réforme de son système de justice. Fortement impulsée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, cette nouvelle réforme se veut radicale, globale et substantielle, de nature à renforcer les chantiers ouverts et accompagner les grands projets de développement du pays.

C’est avec une grande détermination adossée à une vision ambitieuse et innovante que la Maroc entame l’immense chantier de réforme de son système de justice. Fortement impulsée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, cette nouvelle réforme se veut radicale, globale et substantielle, de nature à renforcer les chantiers ouverts et accompagner les grands projets de développement du pays.
En effet, la réforme de la justice au Maroc a amorcé un nouveau départ avec le discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, prononcé le 20 août à l’occasion du 56ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple.
Ce discours Royal constitue le coup d’envoi d’une réforme exceptionnelle et sans précédent qui impactera sans aucun doute le paysage socio-économique du Royaume. Il traduit la volonté Royale « de donner une nouvelle et forte impulsion à la réforme de la justice, suivant une feuille de route claire dans son référentiel, ambitieuse dans ses objectifs, précise dans ses priorités et rigoureuse dans ses mécanismes d’application ».  
Conscient du rôle capital d’une justice efficace, crédible, équitable, indépendante et compétente, le Maroc a suivi une démarche judicieuse à la fois consultative, participative et inclusive pour mobiliser toutes les forces vives du pays  et impliquer toutes les expertises et les bonnes volontés en vue de réussir ce grand chantier qu’est la réforme de la justice.
Les objectifs assignés à cette réforme étant de «  consolider la confiance dans une justice efficiente et équitable et d’en conforter la crédibilité, tant il est vrai qu’elle constitue un rempart inexpugnable pour la défense de l’Etat de droit, un fondement essentiel de la sécurité judiciaire et de la bonne gouvernance et un facteur d’impulsion du développement». La réforme vise également à « veiller à assurer la mise à niveau de ce secteur pour lui permettre d’être au diapason des mutations qui s’opèrent à l’échelle nationale et internationale et de répondre aux exigences de la justice du vingt-et-unième siècle ».
Pour atteindre ses objectifs, le gouvernement a été convié à s’atteler à l’élaboration d’un plan d’une réforme globale et profonde de la justice, un plan bien intégré et précis, propre à refléter la profondeur stratégique de la réforme voulue par le Souverain. Ce plan se décline en six axes majeurs, à savoir la consolidation des garanties de l’indépendance de la justice, la modernisation de son cadre normatif, la mise à niveau de ses structures et de ses ressources humaines, l’amélioration de l’efficience judiciaire, l’ancrage des règles de moralisation de la justice, la mise en œuvre optimale de la réforme.
En outre, une instance consultative, pluraliste et représentative sera mise en place. Cette nouvelle instance permettra à la justice de s’ouvrir sur son environnement. Elle constitue un cadre institutionnel de réflexion et d’échange de savoir-faire, sur les questions ayant trait à la justice et ce, dans le respect des prérogatives des institutions constitutionnelles, de l’indépendance du pouvoir judiciaire et des attributions des autorités publiques.
Ceci étant, la 11ème année du règne de Sa Majesté sera placée sous le signe de la réforme substantielle de la justice considérée comme « la pierre angulaire sur laquelle reposent la consolidation de la démocratie et l’ancrage des valeurs citoyennes chez les jeunes et les générations montantes dans notre pays».
Fidèle à sa nature perspicace et à sa vision innovante, le Souverain vient de mettre les jalons d’une reforme radicale du système de justice, avec une feuille de route claire, précise et ambitieuse. La philosophie qui a présidé au lancement de cet immense chantier de réforme repose sur le principe de globalité et de rupture radicale avec les mesures partielles et les actions sporadiques pour porter sur tout le système de la justice dans sa globalité. Ainsi, «  Au lieu de quelques mesures étriquées, nous avons décidé de mettre au point une réforme substantielle qui ne se limite pas au seul secteur judiciaire mais qui, par sa consistance et sa globalité, englobe l’ensemble du système de la justice » a affirmé Sa Majesté.
C’est sous le signe de la réforme globale et substantielle que le Maroc entame sereinement et avec une forte mobilisation la nouvelle étape de son développement institutionnel, politique et socio-économique.
Si le Maroc avance à pas sûrs, s’aligne sur les standards internationaux, s’ouvre sur son environnement international, s’adapte aux changements du monde des affaires, sa justice n’est pas en reste. Elle entame, elle aussi, sa mue profonde et s’apprête à une réforme globale et substantielle pour se hisser au diapason des aspirations diverses et variées et faire face aux multiples défis de l’avenir.

Laisser un commentaire