L’économie marocaine : une décennie sous le signe du progrès et de la performance.

L’économie marocaine : une décennie sous le signe du progrès et de la performance.

Actualités
L’économie marocaine : une décennie sous le signe du progrès et de la performance.Au cours des dix dernières années, le Maroc a connu, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, de grandes réformes. Il s’est illustré par le lancement d’une panoplie de projets structurants qui ont façonné l’image du Royaume et dont les retombées bénéfiques n’ont pas tardé  à porter leurs fruits. Une stratégie tous azimuts a été mise par le Souverain pour impulser une nouvelle dynamique au pays en le  mettant sur les bons rails du progrès et du développement.  La détermination Royale d’aller de l’avant et la perspicacité des choix opérés au cours de la décennie passée ont propulsé le pays au diapason des pays émergents dont le dynamisme et l’attractivité n’ont eu de cesse d’accroître au fil des années.

Au cours des dix dernières années, le Maroc a connu, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, de grandes réformes. Il s’est illustré par le lancement d’une panoplie de projets structurants qui ont façonné l’image du Royaume et dont les retombées bénéfiques n’ont pas tardé  à porter leurs fruits. Une stratégie tous azimuts a été mise par le Souverain pour impulser une nouvelle dynamique au pays en le  mettant sur les bons rails du progrès et du développement.  La détermination Royale d’aller de l’avant et la perspicacité des choix opérés au cours de la décennie passée ont propulsé le pays au diapason des pays émergents dont le dynamisme et l’attractivité n’ont eu de cesse d’accroître au fil des années.
L’évolution décennale positive caractérise plusieurs indicateurs et concerne tous les secteurs d’activité économique nationale. Ainsi, entre 2000 et 2008, les recettes fiscales sont passées de 39 milliards à 167 milliards de DH. La dette du Trésor ne pèse plus que 48% du PIB contre 75% en 1999. Le taux de chômage a beaucoup régressé en passant de 14% en 1999 à 9,8% en 2008.
Le système bancaire a connu au cours de la décennie dernière de profondes mutations et une croissance soutenue jusqu’à se hisser au rang de leader  régional. Il s’est distingué par une grande mutation qualitative marquée, tant sur le plan institutionnel et réglementaire qu’au niveau de ses structures et métiers, qui l’a promu au rang de référence au niveau de la région. Assainissement du pôle public, alignement sur les normes internationales, bancarisation en forte hausse et évolution marquée des indicateurs de performance, le secteur bancaire marocain rayonne aujourd’hui au delà du territoire national.
Depuis 1999, le Maroc a connu une évolution sans précédent des Investissements Directs Etrangers (IDE). Ainsi, ces IDE sont passées de 18,4 milliards de DH en 1999 à 32,5 milliards en 2008 avec un pic en 2007. Les télécommunications, l’industrie, l’immobilier et le secteur financier sont les principaux secteurs d’attractivité. Avec cette performance, le Maroc se trouve dans le peloton de tête des destinataires des IDE sur le continent africain avec l’Egypte et l’Afrique de Sud. Une agence dédiée à l’investissement baptisée l’Agence Marocaine de Développement des investissements (AMDI) a été créée début 2009.
Selon le Rapport de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) publié en 2008, l’évolution des IDE est principalement due aux réformes entreprises par le royaume depuis l’intronisation de Sa Majesté en1999.
Dans le même ordre d’idées, et selon plusieurs experts internationaux de grande renommée, Les grandes réformes audacieuses engagées au Maroc augurent d’un avenir encore meilleur. Ils estiment que l’économie marocaine est devenue, depuis les années 2000,  plus solide et plus diversifiée ce qui lui confère des atouts compétitifs et une position avantageuse.
Ce même constat a été affirmé par le Directeur Général du Fonds Monétaire International (FMI), Dominique Strauss Kahn. Dans un témoignage diffusé par la chaîne de télévision Medi1sat dans le cadre d’une émission spéciale à l’occasion du 10ème anniversaire de l’accession de SM le Roi Mohammed VI au Trône de ces Glorieux Ancêtres, M. Strauss Kahn a indiqué que les années 2000 ont été les années les plus productives en matière économique au Maroc, précisant que la décennie qui s’achève a été « une grande décennie ».
« Les chiffres sont là pour le montrer. La croissance au cours des années 2000 a été supérieure de deux points en moyenne de la croissance des années 90″, a-t-il souligné, ajoutant que l’économie marocaine « s’approche des économies les plus développées ».
Le DG du FMI a estimé également que le Maroc a fait de « bons choix » en matière de stratégie de développement ces dernières années, notant que la diversification a été « un aspect positif » de l’économie nationale.
« Plus l’économie se diversifie et plus elle se stabilise et devient moins volatile et cela a été un aspect très positif de l’économie marocaine », a-t-il dit. Les choix qui ont été faits au Maroc sont de bons choix », a précisé M. Strauss Kahn qui a salué plus particulièrement l’effort déployé en matière d’infrastructures, qui sont la condition du développement. Cet effort d’investissements en infrastructures lourdes a renforcé la capacité de l’économie marocaine à faire des affaires, a-t-il souligné.
En effet, en dix ans, la cadence de réalisation des grandes infrastructures s’est considérablement accélérée. 1000 km d’autoroutes, de nouvelles lignes ferroviaires des grands ports et des aéroports agrandis et des travaux nécessaires pour accompagner le développement économique du pays ont été réalisés.
Outre ces témoignages éloquents sur l’évolution positive de l’économie marocaine au cours de la décade 1999-2009, plusieurs autres experts internationaux sont unanimes quant aux avancées réalisées par le Royaume du Maroc en soulignant la performance de l’économie marocaine qui s’est inscrite sur un trend haussier depuis l’intronisation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en 1999.
La décennie passée est une décennie d’exception, une grande décennie au cours de laquelle le Maroc a engagé des réformes audacieuses, qui augurent d’un avenir encore meilleur, bâti sur des bases saines et des fondamentaux solides. Une décennie qui a bel et bien mis les jalons d’une société moderne et d’une économie plus stable, plus diversifiée, plus solide et plus performante.

Laisser un commentaire