Plan Maroc Vert : une déclinaison régionale pour une ambitieuse stratégie

Actualités
Si la terre marocaine est très fertile et recèle de véritables richesses et potentialités, le génie marocain l’est tout autant. Il est aussi riche, exceptionnel et si créatif. Il s’illustre parfaitement à travers la vision perspicace de Sa Majesté le Roi Mohammed VI visant à rendre la terre marocaine bien accueillante, très productive et nettement verdoyante.

Si la terre marocaine est très fertile et recèle de véritables richesses et potentialités, le génie marocain l’est tout autant. Il est aussi riche, exceptionnel et si créatif. Il s’illustre parfaitement à travers la vision perspicace de Sa Majesté le Roi Mohammed VI visant à rendre la terre marocaine bien accueillante, très productive et nettement verdoyante.
En effet, le Maroc avance en se mettant au vert. Conscient de l’importance stratégique de l’agriculture dans le développement socio-économique du pays, et dans l’objectif de faire de ce secteur le principal levier de croissance de l’économie nationale, le Royaume a mis en place un ambitieux Plan de développement agricole baptisé « Plan Maroc Vert ».
Signé le 22 avril 2008 à Meknès lors des premières assises de l’agriculture, le Plan Maroc Vert  est considéré comme une véritable feuille de route pour le développement agricole du pays.
Le Royaume ne lésine pas sur les moyens. Il a mis tous les ingrédients de son coté pour la bonne gouvernance de ce grand chantier national de modernisation et de mise en valeur de son agriculture.
Ainsi, dans l’objectif d’une mise à niveau harmonieuse et bien intégrée et pour une mise en valeur de l’ensemble du potentiel territorial marocain en phase avec les spécificités spatiales de chaque région, le Maroc a procédé à une déclinaison de la stratégie nationale en politiques régionales de développement agricole.
A cet effet, seize conventions de partenariat accompagnant le Plan Maroc Vert ont été signées entre le gouvernement et les 16 régions du Royaume, et 16 Plans Agricoles Régionaux ont été approuvés.
La signature des ces conventions constitue un engagement fort de la part de l’ensemble des régions et des acteurs pour la concrétisation du Plan Maroc Vert. Elle témoigne de l’esprit de concertation, de collaboration et du grand degré d’implication de toutes les forces vives du pays pour l’opérationnalisation des axes stratégiques de ce Plan.
Ces conventions s’assignent pour objectif la réalisation, à l’horizon 2020, de plus de 1500 projets relatifs à l’amélioration et au développement des différentes cultures, notamment des céréales, des agrumes, des légumineuses, de l’olivier, de l’amandier, du figuier, de la betterave et de la canne à sucre, ainsi que la production de viandes rouges, de viandes blanches et du lait de vache, de chamelle et de chèvre.
Il est à souligner que le Plan Maroc Vert s’appuie sur deux axes. Le pilier I a trait au développement soutenu d’une agriculture moderne, à forte valeur ajoutée, compétitive et adaptée aux besoins, exigences et règles du marché. Alors que le pilier II vise la mise à niveau des acteurs fragiles du secteur via l’amélioration du revenu agricole.
Le Plan concerne un portefeuille de 1.506 projets, dont 961 pour le pilier I et 545 concernent le pilier II. Il porte sur une enveloppe d’investissement d’environ 147 milliards de DH à réaliser sur 10 ans,
Les 16 Plans régionaux Il bénéficieront à une population estimée à 1,4 million d’agriculteurs dont 40% au niveau du pilier I et 60% pour le pilier II. Ils vont insuffler une nouvelle dynamique sectorielle en créant pas moins de 1,5 million d’emplois supplémentaires.
Par ailleurs, le Plan ambitionne d’accroître considérablement les exportations du secteur agricole. Il s’agit de passer d’un volume export de 1,35 million à 4,6 millions de tonnes par an.
La réforme du secteur agricole figure parmi les priorités du pays. Le Plan Maroc Vert ainsi que ses déclinaisons régionales constituent de ce fait une véritable feuille de route fédérant toutes les ressources et tous les acteurs du pays pour hisser le niveau de l’agriculture marocaine et accroitre sa valeur et sa productivité. Quand le Maroc se met au vert, c’est que l’horizon est grandiosement ouvert.

Laisser un commentaire