Maroc – UE : réunion du comité mixte de coopération scientifique

Actualités
Depuis 2003, date de la signature de l’Accord de Coopération Scientifique et Technologique avec l’Union Européenne, le Maroc  s’est engagé dans un processus fructueux et prometteur de coopération en s’impliquant davantage dans les programmes européens de recherche et de développement (PCRD) lancés par Bruxelles.

Depuis 2003, date de la signature de l’Accord de Coopération Scientifique et Technologique avec l’Union Européenne, le Maroc  s’est engagé dans un processus fructueux et prometteur de coopération en s’impliquant davantage dans les programmes européens de recherche et de développement (PCRD) lancés par Bruxelles.
L’Accord de Coopération Scientifique et Technologique avec l’Union Européenne prévoit un comité mixte de gestion composé d’un nombre similaire de représentants de chaque partie. Dans ce cadre, s’est tenue, le 22 janvier, la quatrième réunion du comité mixte de gestion.
Ce comité a pour responsabilité de suivre la mise en œuvre et d’assurer l’évaluation de l’impact de cet accord et de proposer toute mesure appropriée visant à améliorer et à développer la coopération scientifique et technologique entre le Maroc et l’Union Européenne ainsi que d’examiner régulièrement les orientations et priorités des politiques de recherche et leur planification au Maroc et dans l’Union Européenne, et les perspectives de coopérations futures entre les deux parties.
L’Accord de Coopération Scientifique et Technologique vise à encourager, développer et faciliter des activités de coopération scientifique et technologique entre l’Union Européenne et le Maroc dans des domaines d’intérêt commun ayant trait aux activités de recherche scientifique et de développement technologique.
Les activités de coopération prévues par ledit accord s’articulent autour des principes  fondateurs suivants: promotion d’une société de la connaissance au service du développement économique et social des deux parties; bénéfice mutuel basé sur un équilibre global des avantages; accès réciproque aux activités des programmes et aux projets de recherche scientifique et de développement technologique entrepris par chacune des parties; échange en temps opportun d’informations pouvant avoir une incidence sur les activités de coopération.
Le comité mixte de coopération scientifique et technique CE-Maroc se réunit au moins une fois par an, alternativement dans la CE et au Maroc. Des réunions extraordinaires pourront se tenir à la demande de l’une ou l’autre des parties. Les conclusions et recommandations dudit comité mixte sont transmises pour information au comité d’association de l’accord euro-méditerranéen entre l’Union Européenne et le Royaume du Maroc.
L’Accord d’Association, signé en 1996 et entré en vigueur en 2000, constitue le cadre légal de la coopération scientifique et technique entre le Maroc et l’Union Européenne. Cet accord s’inscrit dans  de cadre de la politique générale de coopération scientifique et technologique euro-méditerranéenne menée par l’Union Européenne en vue de contribuer à la réalisation d’un véritable partenariat  politique, social et économique entre l’Europe et la Méditerranée et  d’étendre l’espace européen de la recherche, au pourtour Méditerranéen et renforcer les bases d’une société de connaissance et d’excellence.
Selon l’article 47 de l’Accord d’Association, la  coopération dans le domaine de la science et de la technologie vise à favoriser l’établissement de liens permanents entre les communautés scientifiques des deux parties, à travers notamment : l’accès du Maroc aux programmes communautaires de recherche de développement technologique en conformité avec les dispositions communautaires relatives à la participation des pays tiers à ces programmes ; la participation du Maroc aux réseaux de coopération décentralisée ; la promotion des synergies entre la formation et la recherche au Maroc. Il s’assigne également comme objectifs de renforcer la capacité de recherche du Maroc, stimuler l’innovation technologique, le transfert de technologies nouvelles et de savoir-faire et encourager toutes les actions visant à créer des synergies d’impact régional.
Continuant sur sa lancée vertueuse,  le Maroc compte renforcer ses atouts et acquis dans le domaine  scientifique et technologique grâce notamment  au renforcement des capacités de recherche des universités et centres de recherche technologique et industriels. A cet effet, il a mis en place une  Stratégie Nationale de Recherche (SNR) ambitieuse, claire et déclinée en plusieurs axes de développement, portant sur une vision à long terme allant jusqu’à 2025.

Laisser un commentaire