L’humain au cœur du modèle de développement solidaire marocain

Actualités

Avec l’entrée du Maroc dans une nouvelle phase, plus intense, de coopération avec l’Union Européenne, c’est le modèle de développement adopté par le pays qui se trouve conforté. En effet, en moins d’une décennie, le Maroc, tout en doublant son PIB, a entrepris de procéder à l’ouverture d’un vaste chantier social visant à réduire les inégalités, et à soutenir les plus faibles.

Avec l’entrée du Maroc dans une nouvelle phase, plus intense, de coopération avec l’Union Européenne, c’est le modèle de développement adopté par le pays qui se trouve conforté.
En effet, en moins d’une décennie, le Maroc, tout en doublant son PIB, a entrepris de procéder à l’ouverture d’un vaste chantier social visant à réduire les inégalités, et à soutenir les plus faibles.
Couverture santé universelle, plan de développement humain, de nombreuses initiatives ont vu le jour pour impliquer le citoyen dans le plan de marche du pays, et lui permettre de mener une existence digne. En menant cette double action économique et sociale, menant de front les deux combats, le Maroc ne s’est pas contenté de mesures cosmétiques, destinées aux médias, mais a accepté de regarder avec lucidité ses difficultés structurelles, et a identifié les réglages nécessaires à l’expression sereine de la solidarité nationale. En effet, dans un monde où l’économie mondialisée menace d’accroitre la précarité des plus faibles, la doctrine marocaine de développement vise à ne laisser personne au bord du chemin, quitte à libéraliser moins vite son économie. Ainsi, l’accès à l’eau et à l’électricité de populations défavorisées, qui demande des investissements très importants, a été placé au cœur de la réflexion publique, et conduit actuellement à un taux de couverture des ménages inégalé dans le monde arabe et en Afrique. Egalement, le désenclavement technologique des populations a fait l’objet d’une opération « commando » qui permet au pays d’avoir une couverture Internet haut débit mobile et fixe aux normes européenne, et de faire entrer le pays dans une dynamique irréversible de production et d’ingestion de connaissance. La vitalité de la communauté des bloggeurs marocains, plus connue sous le nom de « Blogoma », est l’illustration vivante de cette politique de désenclavement technologique, et constitue un formidable laboratoire pour les autres pays arabes ou africains. En effet, les bloggeurs marocains sont aux avant-postes des changements technologiques, et agissent souvent comme éclaireurs sur ce que réserve l’avenir. Le Maroc est donc dans une posture d’anticipation, malgré, il faut le reconnaître, le fait que la résorption des inégalités soit moins rapide que souhaité par les pouvoirs publics.

Laisser un commentaire