Accords UE-Maroc: Des eurodéputés de l’INTA en mission de deux jours au Sahara

Actualités

Une délégation parlementaire de la commission du commerce international (INTA) du Parlement européen (PE) entame ce lundi 3 septembre, une visite officielle de 48 heures au Sahara Occidental, dans le sillage des débats en cours au PE, en vue de l’extension des droits préférentiels aux produits de l’agriculture et de la pêche issus de la zone sud du Royaume.

La délégation européenne conduite par la députée française, Patricia Lelonde (ADLE, FR), rapporteur permanent de la région, comprend les eurodéputés Heidi Hautala (Verts, DE), vice-présidente du Parlement Européen, David Martin (S & D, UK) et Tiziana Beghin (EFDD, IT).
Les quatre eurodéputés sont attendus à Laâyoune et Dakhla pour constater sur place «si une extension des droits de douane préférentiels sur le territoire bénéficie d’un soutien local», annonce par communiqué de presse le Parlement de l’Union.
Ils devraient recueillir à ce sujet, l’avis des autorités locales, des élus et des représentants de plusieurs associations et organisations non gouvernementales de la région. Les eurodéputés visiteront également des projets agricoles et de la pêche, l’usine de phosphate de Bouckraa et la chambre de commerce française de Laâyoune.
Il s’agit pour ces derniers de savoir si l’accord proposé par la Commission européenne, qui prévoit l’extension des taux de droits préférentiels aux produits issus des provinces du sud, remplit les critères fixés par l’arrêt rendu en 2016 par la Cour de justice européenne (CJUE). Celle-ci stipulait qu’aucun accord commercial entre le Maroc et l’UE ne peut couvrir le Sahara occidental sans le consentement de ses représentants.
«Avant de décider si l’accord sera ratifie ou non, il est crucial que le Parlement se rende sur place pour observer et évaluer la situation par ses propres moyens. Nous serons en mesure de parler aux acteurs clés sur le terrain et d’avoir plus d’informations sur la prise de décision», a déclaré Patricia Lalonde (ADLE, FR).
L’adoption définitive de cet accord dépend donc en partie, des conclusions de cette mission, même si une précédente délégation d’experts européens avait établi lors d’une visite au Sahara, que l’accord de pêche Maroc-UE profite largement à cette région et à ses populations en terme d’investissements, d’emplois et de revenus.

Laisser un commentaire