La lenteur d’adoption de l’Accord de pêche Maroc-UE inquiète les professionnels européens

Actualités

Le nouvel accord de pêche conclu il y plus d’un mois à Rabat, entre l’Union européenne (UE) et le Maroc, tarde encore à entrer en vigueur en raison de la période des vacances parlementaires.

Pourtant ce retard n’arrange point les affaires des armateurs européens et notamment espagnols qui sont au chômage technique et s’impatientent pour le retour dans les zones de pêche marocaines.

L’ancien accord ayant pris fin le 14 juillet dernier, les délégations des deux parties étaient parvenues au terme de trois mois de négociations, à parapher le 24 juillet à Rabat, le nouvel accord qui devrait entrer en vigueur dès son approbation par les parlements européens et marocains.

Ce projet d’accord sera normalement soumis à l’approbation de la commission parlementaire de la Pêche avant son adoption lors d’un vote en plénière au Parlement européen.

Le texte sera également soumis aux deux chambres du parlement marocain avant son adoption finale.

Entretemps, les professionnels européens et particulièrement espagnols du secteur de la pêche déplorent la lenteur des démarches administratives en cours, pour l’entrée en vigueur du nouvel accord de pêche, rapporte la radio Cadena Ser, précisant que quelque 480 emplois directs en Andalousie et 320 emplois indirects dépendent en effet de l’entrée en vigueur de cet accord.

Compte tenu de la lenteur de cette procédure, le président de la Fédération andalouse des armateurs, Pedro Maza craint que le nouvel accord de pêche n’entre pas en vigueur d’ici la fin de cette année.

Pour parer à cette éventualité, le ministère espagnol de l’Agriculture, de la pêche et de l’alimentation compte approuver dès le mois de septembre prochain, les aides promises aux armateurs au lendemain de l’expiration du précédent accord de pêche le 14 juillet dernier.

Laisser un commentaire