L’accord de pêche Maroc-UE fin prêt après les ultimes négociations à Bruxelles

Actualités

Les négociations entre le Maroc et l’Union européenne pour la conclusion d’un nouvel accord de pêche incluant les eaux maritimes du Sahara marocain, et il ne reste plus que sa ratification par les parlements deux parties, pour entrer en vigueur.

En effet, à la date de l’expiration le samedi 14 juillet à minuit, de l’ancien accord de pêche signé en 2014, les quelques 120 navires de la flotte de pêche européenne ont dû quitter les eaux maritimes marocaines, dans l’attente de la conclusion du nouvel accord.

C’est chose faite puisque la délégation des négociateurs marocains a regagné ce jeudi le Royaume, en provenance de Bruxelles après la finalisation des termes du nouvel accord à l’issue d’un quatrième et dernier round de négociations qui avaient débuté le 20 avril dernier.

Comme le souhaitait la partie marocaine, le nouvel accord de pêche mentionne l’inclusion explicite des zones de pêche adjacentes aux provinces sud du Maroc.

Le Conseil des ministres des affaires étrangères de l’UE a décidé ce lundi 16 juillet, l’adaptation de ses accords d’association et agricole avec le Maroc pour y inclure expressément le Sahara marocain, conformément aux exigences de l’arrêt de la Cour de justice européenne (CJUE) rendu le 27 février 2018.

Les dirigeants du front le Polisario tablaient justement sur les Arrêts de la CJUE pour voir l’Union européenne exclure contre son gré, le Sahara Occidental de ses accords avec le Maroc.

Mais Bruxelles a fait son choix en optant pour son partenariat stratégique avec le Royaume chérifien, un partenariat qui englobe des domaines aussi sensibles que ceux de la sécurité, de l’immigration et de la lutte contre le terrorisme et le trafic de drogue en plus des intérêts économiques mutuels.

Le choix de l’union européenne s’explique aussi par le fait que l’entité sahraouie qui s’était autoproclamée en une chimérique république «RASD», n’a jamais obtenu le statut d’un Etat souverain aussi bien auprès de l’ONU qu’auprès des autres organisations internationales hormis l’ancienne Organisation de l’Unité Africaine (OUA) qui l’avait admise à l’époque révolue de la guerre froide, sous le pressing et le chantage financier des anciens régimes algérien de Houari Boumediene et libyen de Mouammar Kadhafi.

 

Laisser un commentaire