Trois dirigeants du Parti Populaire européen contestent la position pro-Polisario du YEPP

Actualités

Les Jeunes du Parti populaire européen (Youth of the European People’s Party – YEPP) demandent d’exclure le Sahara occidental de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne (UE) et le Maroc, au moment où les deux partenaires sont en pleine négociation pour le renouvellement de leur accord de pêche expirant le 14 juillet prochain.

D’après la résolution votée par sept membres seulement de l’organisation qui réunit 48 instances publiques de droite et de centre-droit de 35 pays européens, une telle intégration serait une reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur son Sahara.

En réaction à la démarche du YEPP, les hauts dirigeants du PPE et de l’organisation des jeunes ont pris leurs distances de cette position jugée contradictoire avec la ligne politique de leur Parti. En plus l’argument avancé par le YEPP n’est pas nouveau, puisqu’il a été déjà soulevé en 2011 par des eurodéputés hostiles au Maroc, mais il a été rejeté par Catherine Ashton, ancienne Haut Représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

«Nous regrettons la position adoptée par le YEPP, qui ne reflète en aucun cas celle du PPE», ont déclaré lundi à Bruxelles, le président du parti Joseph Daul et son secrétaire général, Antonio Lopez-Isturiz, qui comptent demander à cette organisation «des clarifications sur l’adoption d’un document qui est en contradiction avec la ligne du parti».

Épousant la position de l’UE sur la question du Sahara, les deux leaders du PPE se sont déclarés en faveur d’«une solution juste, durable et respectueuse de toutes les parties prenantes concernant le Sahara occidental, conformément aux résolutions du Conseil des Nations Unies».

Même son de cloche chez le président du YEPP, Andrianos Giannou qui lui aussi, a pris ses distances de ladite résolution, promettant que ce texte «sera entièrement reconsidéré lors de la prochaine réunion du Conseil du YEPP, conformément, a-t-il dit, à la ligne politique du parti et aux efforts de l’ONU visant une solution politique consensuelle à la question du Sahara».

La renégociation de l’accord de pêche UE-Maroc incluant les eaux adjacentes  du Sahara marocain irrite fortement le Polisario et ses sponsors européens et  algériens, surtout qu’une institution de l’UE a dénié récemment au Polisario la légitimité de représentation des populations sahraouies et de leurs intérêts.

 

Laisser un commentaire