UE-Maroc-Pêche : Le chantage du Polisario ne trouve plus preneur à Bruxelles

Actualités

La Commission européenne est bien déterminée à étendre le champ d’application des accords agricole et de la pêche entre l’Union Européenne (UE) et le Maroc aux provinces sud du Royaume, mettant définitivement fin aux prétentions fallacieuses du Front Polisario d’être «l’unique représentant légitime» des populations sahraouies.

Cette démarche a été confirmée le jeudi 17 mai lors de la réunion de la Commission du commerce international du Parlement européen (INTA) sur l’état d’avancement des négociations liées à cet accord.

Au cours de ce débat, les représentants de la Commission européenne ont exprimé l’intention d’inclure le Sahara occidental à la fois dans  l’accord d’association et de libéralisation des produits agricoles, ainsi que dans l’accord de pêche devant être conclus entre l’UE et le Maroc.

Ce mercredi 23 mai à Bruxelles, le Parlement européen a asséné un nouveau coup dur au Polisario en rejetant une proposition hostile au Maroc présentée par des eurodéputés qui soutiennent les thèses des séparatistes sahraouis.
D’ailleurs, il y a une semaine, lors d’un échange de points de vue sur l’état d’avancement des négociations de l’accord de pêche Maroc-UE au sein de la Commission du commerce international (INTA) au Parlement européen, le représentant du Service européen pour l’action extérieure (SEAE), Nicolas Bulte a souligné sèchement que «le Polisario n’a aucune qualité à représenter de manière exclusive, les intérêts des populations du Sahara Occidental».

Bulte a insisté pour que toute ambiguïté soit levée sur cette question, rappelant que même l’avocat général de la Cour de justice de l’UE (CJUE) l’avait clairement souligné dans son avis sur l’accord agricole.

Dans le dernier arrêt de la CJUE sur l’accord de pêche du 27 février, a rappelé Bulte, il n’est pas fait mention du front Polisario, ce qui explique  pourquoi «l’UE considère que le Polisario n’a pas l’exclusivité à représenter les populations concernées dans le cadre d’une négociation commerciale».

Le rejet de la proposition de résolution des eurodéputés hostiles au Maroc et la déclaration de Nicolas Bulte, ont complètement déboussolé le Polisario et surtout ses représentants à Bruxelles qui ne savent plus à quel saint se vouer.

 

Laisser un commentaire