Fin du premier round à Rabat des négociations de l’Accord de pêche Maroc-UE

Actualités

Le premier round des négociations entre le Maroc et l’Union européenne, qui ont débuté le 16 avril dernier à Rabat, en vue du renouvellement de leur Accord de pêche expirant le 14 juillet prochain, s’est achevé sans l’annonce de la date et du lieu du prochain round.
«Il n’y a eu ni rupture ni suspension. Nous avons seulement conclu ce premier round», a confié une source marocaine proche du dossier, à l’agence de presse espagnole «EFE».
«Nous avons échangé nos positions : chaque partie a présenté ses propositions  et demandé à l’autre partie des clarifications, ce qui mènera à un deuxième round de négociations au cours duquel on pourrait apporter des réponses», ajoute la même source.
S’agissant des aspects techniques du futur accord de pêche, l’agence EFE a précisé en citant les mêmes sources, que «les techniciens venant de Bruxelles ou des Etats membres de l’UE étaient présents lors de ce round en tant qu’observateurs, vu qu’ils considèrent qu’il est inutile d’évoquer des sujets se rapportant à titre d’exemple aux quotas, débarquements, nombre de marins ou arrêts biologiques », avant de régler d’abord, les questions politiques.
Rappelons que le 27 février dernier, la Cour de justice de l’UE avait rendu un arrêt à ce sujet, dans lequel elle considérait que « l’accord est valide dès lors qu’il n’est pas applicable au Sahara occidental et aux eaux adjacentes à celui-ci ».

Le 19 avril, la Commission européenne a obtenu du Conseil des 28 pays membres de l’Union européenne, le mandat pour engager des négociations avec la partie marocaine, en vue du renouvellement d’un accord de pêche incluant les eaux maritimes du Sahara marocain.

C’est à la suite de ce mandat, que les négociations se sont déroulées pendant une semaine, depuis le 16 avril dernier à Rabat.

Ce premier round s’est focalisé sur l’aspect politique et surtout sur la zone de pêche du Sahara marocain qui demeure la question la plus épineuse dans ces négociations.

Pour le Maroc, il n’est pas prêt à lâcher prise sur ce volet tant il s’agit d’une question de souveraineté.

De son côté, la Commission européenne a jugé «possible d’étendre les accords bilatéraux avec le Maroc au Sahara occidental sous certaines conditions».

Laisser un commentaire