UE-Maroc : Les négociations de l’Accord de pêche démarrent le 16 avril

Actualités

Les négociations entre l’Union européenne (UE) et le Maroc sur le renouvellement de l’accord de pêche incluant la zone maritime du Sahara, devraient démarrer le 16 avril prochain, a annoncé mardi à Cadix (sud-ouest de l’Espagne), le Directeur général des affaires maritimes et de la pêche de l’UE, le portugais Joao Aguilar.

Cité par l’Agence de presse espagnole EFE, Joao Aguilar a précisé que le conseil des ministres de la pêche des Vingt-huit se réunira le 16 avril à Bruxelles, pour donner son feu vert à la Commission européenne d’entamer ses négociations avec le royaume, sur le renouvellement de l’actuel accord de pêche UE-Maroc de quatre ans qui prend fin le 14 juillet 2018.

Le responsable européen a précisé à ce propos, que le processus de ces négociations serait «rapide» et se conclurait avant l’expiration de l’actuel accord, prévue le 14 juillet prochain.
Suite à l’arrêt prononcé le 27 février dernier, par la Cour de justice de l’Union Européenne (CJUE) et dans lequel elle considérait notamment que l’Accord de pêche Maroc-UE «est valide dès lors qu’il n’est pas applicable au Sahara occidental et aux eaux adjacentes à celui-ci», la Commission européenne avait adopté le 21 mars, un mandat de négociation pour le renouvellement de cet accord avec le Maroc dans sa mouture incluant les eaux maritimes du Sahara marocain.

Ainsi, ce mandat, qui sera soumis fin mars, au Conseil européen pour approbation, intègre d’une manière explicite, les zones de pêche des provinces sahariennes dans le texte du nouveau protocole.

Il vise également l’amélioration de la gouvernance des pêches notamment en renforçant le suivi, le contrôle et la surveillance de la pêche dans la région.

Dans un communiqué, la Commission européenne expliquait que « l’objectif est de préserver et de développer davantage le partenariat de pêche entre l’UE et le Maroc, en concluant un accord et un protocole durables sur le plan environnemental, économiquement rentables et pleinement conformes au droit international et européen ».

«Le Maroc est un partenaire proche de l’UE qui bénéficie du Statut Avancé dans le cadre de la Politique Européenne de Voisinage et de l’Accord d’Association UE-Maroc», assurait la Commission, soulignant que la continuité de l’accord de pêche «sera bénéfique aux deux parties».

 

 

Laisser un commentaire