Les provinces du Sahara grands bénéficiaires de l’accord de pêche UE-Maroc

Actualités

Les provinces marocaines du sud sont actuellement, selon Bruxelles, les grands bénéficiaires de la contrepartie financière découlant de l’Accord de pêche Maroc-UE.

L’Union européenne (UE) affiche même un satisfecit appuyé des retombées socio-économiques de l’accord de pêche aussi bien pour l’Europe que pour le Maroc et ses provinces du sud, précise un rapport élaboré par la Direction des Affaires maritimes relevant de l’exécutif européen.

Ce «rapport d’évaluation rétrospective et prospective du protocole à l’accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc», précise que 75% des impacts socio-économiques sont au bénéfice des régions de Dakhla-Oued Eddahab et de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra, contrairement aux allégations fallacieuses du Front Polisario et des médias algériens.

Ces derniers ne cessent de crier sur les toits que les ressources naturelles du Sahara Occidental font l’objet d’un pillage du côté marocain.

L’UE assure dans son rapport, que les régions méridionales du Royaume concentrent 66% de l’enveloppe totale de l’appui sectoriel européen, soit environ 37 millions d’euros.

Le rapport qui vient d’être soumis au Conseil de l’UE et au Parlement européen, indique que l’accord de pêche Maroc-UE s’est révélé «efficace dans l’atteinte de son objectif de durabilité de l’exploitation», et a atteint son objectif de soutien au développement durable du secteur de la pêche dans le Royaume.

Lequel a été concrétisé, selon l’UE, grâce notamment à la contribution de l’appui sectoriel à la mise en œuvre de projets de la stratégie marocaine «Halieutis» et à l’embarquement de 200 marins marocains à bord des navires de pêche européens (près de 1.000 contrats d’embarquement conclus).

Par ailleurs, les premières estimations des retombées socio-économiques de l’appui sectoriel, ajoute le rapport, font déjà apparaître la création de 180 emplois directs et l’amélioration des conditions de travail d’environ 59.000 personnes travaillant dans le secteur ou ses activités connexes.

Quand aux retombées économiques de cet accord sur le partenaire européen, le rapport évoque un bon retour sur investissement pour l’UE, ce qui signifie que chaque euro investi est estimé supporter la création de 2,78 euros de valeur ajoutée totale (directe et indirecte) pour le secteur de la pêche européen, alors qu’en décembre 2010, un euro investi par l’UE ne générait que 0,65 euros de valeur ajoutée totale.

Le document souligne également la cohérence de l’accord avec d’autres initiatives de l’UE en faveur du Maroc, en ce sens qu’il assure une complémentarité entre l’appui sectoriel et le programme « Réussir le statut avancé ».

En conclusion, l’UE recommande dans son rapport, le renouvellement dudit accord de pêche qui arrivera à échéance en juillet 2018.

 

Laisser un commentaire