Maroc-UE : Lancement du projet de jumelage « Appui à la Cour des comptes »

Actualités

Le projet de Jumelage Maroc-UE « Appui à la Cour des comptes », initié en partenariat avec l’Union européenne, la Cour des comptes française et la National Audit Office (NAO) du Royaume-Uni, a été lancé, mercredi 18 octobre à Rabat, sous la présidence du Premier président de la Cour des comptes, Driss Jettou.

Pour Driss Jettou ce chantier de jumelage qui couvre la période 2017-2019, revêt un grand intérêt dans la mesure où il s’inscrit dans le cadre de la vision stratégique de faire de la Cour des comptes du Maroc une institution supérieure de contrôle des finances publiques crédible, à même de contribuer significativement à l’amélioration de la gestion publique.

Avec le lancement en 2015, de la nouvelle génération de réformes des finances publiques du Royaume, a-t-il rappelé, la gestion des finances de l’Etat devrait plus que jamais reposer sur les principes de la sincérité des comptes publics, l’introduction de la comptabilité patrimoniale, l’efficience dans l’action publique, l’évaluation de la performance, la reddition des comptes ainsi que le renforcement du contrôle parlementaire.

De son côté, le premier président de la Cour des comptes de la République française, Didier Migaud a souligné que ce jumelage vise à accompagner le renforcement des compétences de la Cour des comptes marocaine dans trois domaines clés, à savoir la certification des comptes de l’Etat, le contrôle de l’exécution des lois de finance et l’évaluation de l’efficacité et de l’efficience des politiques publiques.

L’ambassadeur de l’Union européenne, Claudia Wiedey, a relevé que le statut de la Cour des comptes du Maroc lui confère un rôle crucial dans la mise en pratique des principes de transparence, d’efficience et de redevabilité.

Ce programme de jumelage, d’une durée de 24 mois, est réalisé dans le cadre du programme « HAKAMA ». Il est financé par l’Union européenne à hauteur de 1,2 million d’euros et géré par le Ministère marocain de l’Economie et des Finances. Plus de 50 experts français et britanniques seront mobilisés pour aider la Cour des comptes du Maroc à acquérir les meilleures pratiques internationales.

Laisser un commentaire