A quoi rime le double-jeu de Madrid avec le Maroc ?

Actualités

Le gouvernement espagnol risque de mettre en péril ses intérêts économiques et géostratégiques au Maroc, en se prêtant à un double jeu dans le dossier du Sahara Occidental et dans les rapports de partenariat entre le Maroc et l’Union européenne (UE).

D’une part, les Espagnols adoptent une position de rapprochement et de parfaite entente avec le Maroc quand il est question de la lutte contre le terrorisme, l’immigration clandestine, le trafic de stupéfiants et la pêche, et d’autre part, ils naviguent à contre-sens dès lors qu’il s’agit de l’agriculture et des rapports de voisinage.

Dans ce dernier chapitre, les Espagnols perçoivent d’un mauvais œil les exportations agricoles marocaines vers le marché européen où elles concurrencent fortement leurs produits et pour préserver leurs intérêts économiques avec l’Algérie, ils n’hésitent pas à ménager le voisin algérien quitte à appuyer sa position dans le dossier du Sahara marocain, comme ce fut le cas ces derniers jours.

Le 14 mars, en faisant référence à l’arrêt de la CJUE du 21 décembre 2016, le gouvernement espagnol a souligné dans une réponse écrite à une question du député espagnol de Podemos, Jorge Luis Bail, que «les accords euro-méditerranéens Maroc-UE, ne sont pas applicables» au Sahara occidental, «vu que celui-ci ne fait pas partie du territoire du Royaume du Maroc».

Cette sortie est pourtant diamétralement opposée aux positions antérieures de Madrid dans le dossier du Sahara aussi bien au plan national qu’au niveau des Nations Unies ou de l’Union Européenne.

D’ailleurs, ce lundi 20 mars, la porte-parole du ministère espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération, Mme Ana Maria Rodriguez Pérez s’est empressée de rectifier le tir, en assurant que «la position de Madrid sur le Sahara n’a pas changé».

L’Espagne, a-t-elle martelé, réitère sa « pleine disposition » à poursuivre tous ses efforts pour contribuer au développement de la relation stratégique entre le Maroc et l’Union européenne (UE).

Contrairement à ce qui a été relayé à ce sujet, par les médias notamment algériens, la porte-parole Maria Rodriguez a réaffirmé que dans le conflit du Sahara, l’Espagne « mise sur une solution politique, juste, durable et mutuellement acceptable, dans le cadre des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité des Nations Unies ».

Ce double jeu des autorités de Madrid dans des dossiers hautement  sensibles aux yeux des Marocains, risque non seulement de raviver les tensions diplomatiques entre Madrid et Rabat, mais de remettre en question l’ensemble du partenariat Maroc-UE.

 

Laisser un commentaire