Droits de l’homme: le Maroc épargné dans un rapport du parlement européen

Actualités

dh-maroc-ueLe Maroc a infligé une cinglante défaite aux adversaires de l’intégrité territoriale du royaume après que le Parlement européen a voté ce jeudi une résolution « de compromis et de consensus » dans laquelle aucune allusion n’est faite au Maroc en matière des droits de l’Homme.

Cette résolution de « compromis » adoptée par 335 voix pour, 230 contre et 95 abstentions, n’inscrit pas le Maroc parmi les « priorités et les préoccupations » du Parlement européen qu’il adresse chaque année au Conseil des droits de l’Homme (CDH de Genève), a révélé depuis Strasbourg, Fatiha Layadi, députée du et membre de la Commission parlementaire Maroc/Union européenne.

Les eurodéputés verts, qui ont généralement une position hostile au Maroc, ont appuyé cette résolution en votant en faveur du royaume.

Fatiha Layadi a salué le rôle joué par la diplomatie parlementaire marocaine à Strasbourg qui a fait échec aux tentatives des séparatistes qui criaient victoire jusqu’à la vielle de l’adoption de ce texte, oubliant que le Parlement européen est conscient du fait que le Maroc a réalisé d’importants progrès en matière des droits de l’Homme.

La délégation marocaine au Parlement européen était composée, outre de Fatiha Layadi, de Réda Benkhaldoun (PJD), de Chaoui Belâassal (UC) pour la chambre des Représentants, et de Fouad Kadiri (Istiqlal) et Hamid Kouskous (MP) pour la chambre des Conseillers.

L’eurodéputé Gilles Pargneaux interpelle l’UE sur l’impératif d’un recensement dans les camps de Tindouf pour calibrer l’aide alimentaire

Le député européen Gilles Pargneaux a appelé, jeudi à Strasbourg, l’Union européenne à œuvrer en faveur de la réalisation d’un recensement dans les camps de Tindouf pour connaitre la population de ces camps et mieux calibrer l’aide alimentaire européenne qui lui est destinée.
«Un recensement dans les camps de Tindouf doit encore et toujours être réalisé. Les chiffres de la population des camps de Tindouf de la Commission européenne ont plus de 10 ans. Il faut les évaluer à nouveau et nous ferons ainsi d’une pierre deux coups : l’aide alimentaire européenne sera mieux calibrée aux bénéfices des populations et une solution politique à ce conflit sera facilitée », a souligné Pargneaux, qui interpellait la haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini lors d’une réunion de la Commission de contrôle budgétaire du Parlement européen.
Pargneaux interrogeait la responsable européenne sur la suite donnée au scandale des détournements de l’aide humanitaire dans les camps de Tindouf, tel que révélé en février 2015 par l’Office européen de lutte anti-fraude (OLAF).

Il a fait savoir que les préoccupations de Mogherini et celles du groupe d’amitié Union européenne-Maroc qu’il préside sont similaires, précisant que « la situation sécuritaire de la bande Sahélo-saharienne et l’urgence de la réconciliation algéro-marocaine sont en haut de notre agenda politique ».

«Dans cet échange, Mme Mogherini a indiqué sa volonté d’aider à la sécurisation de la région tout comme de favoriser la réconciliation entre l’Algérie et le Maroc. Elle a surtout souligné la nécessité de permettre un nouveau recensement des populations des camps. J’ai accueilli sa volonté politique avec satisfaction », s’est-il félicité. Il a ajouté que des débats plus précis sur le sujet devraient bientôt être à l’ordre du jour de la commission des Affaires étrangères du Parlement européen.

‘Le statu quo du conflit a assez duré, il est temps de proposer des solutions d’avenir pour la paix au Sahara et au Sahel », a conclu M. Pargneaux.

Pour lui, le raid meurtrier du groupe terroriste de l’algérien Mokthar Belmokthar à Ouagadougou, où 30 personnes ont été tuées, symbolise ce Sahel en proie aux groupes terroristes, affirmant que «l’Europe ne doit pas rester sans réponse » face à ces menaces.

Laisser un commentaire