Energies vertes: Don de l’UE de 10 millions d’euros au Maroc pour la formation

Actualités

energie-marocL’Union européenne (UE) a décidé d’accorder, ce lundi 12 octobre, un don de 109 millions de dirhams (10 millions d’euros) au Maroc destiné au financement du projet de création des instituts de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (IFMEREE).

Une convention portant sur le financement de ce programme a été signée lundi après-midi à Rabat, par le ministre marocain de l’Economie et des finances, Mohamed Boussaid, et le Commissaire européen en charge de l’Action pour le Climat et l’Energie, Miguel Arias Canete, actuellement en visite de travail au Maroc.

Aux termes de cette convention, il est prévu la construction d’infrastructures d’accueil de formation et d’hébergement pour trois instituts de formation professionnelle situés à Oujda, Tanger et Ouarzazate.

La convention prévoit également l’équipement des plateaux techniques de ces établissements et l’assistance technique pour l’élaboration des programmes, la formation des formateurs et du personnel d’encadrement ainsi que l’implantation des programmes.

Selon le ministre Bousaid, ces instituts ont pour mission la formation des opérateurs, des techniciens et des cadres intermédiaires dans des métiers ayant trait aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétiques », a indiqué.

A rappeler que le roi Mohammed VI et le président français François Hollande avaient posé, le 19 septembre à Tanger, la première pierre pour l’édification d’un Institut de formation aux métiers des Energies renouvelables, un secteur appelé à occuper une place importante dans la production de l’électricité avec un taux de 40% à l’horizon 2020.

Le don européen aurait un double objectif. Il devrait permettre la création des structures adéquates pour la formation des jeunes aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, mais en même temps il va contribuer à la création d’un nombre non négligeable de nouveaux postes d’emploi.

Les grands chantiers de l’énergie solaire et éolienne que le Maroc a initié ces toutes dernières années vont non seulement augmenter les capacités de production nationale d’électricité propre et diminuer les émissions de gaz à effet de serre, mais ils vont absorber un grand nombre de demandeurs d’emploi.

Mais, il faudra encore que ces derniers soient armés de la formation requise pour l’accès à ces nouveaux métiers.

Laisser un commentaire