Méditerranée: le Maroc élu à la présidence tournante de l’UpM

Actualités

upmLe maintien de la sécurité et de la paix de manière durable dans l’espace euro-méditerranéen est intimement lié à la recherche d’un équilibre entre les contraintes sécuritaires et le développement dans cette région, ont estimé les participants à la 11e session plénière de l’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée (AP-UpM), au cours de laquelle le Maroc a été élu à la présidence tournante.

Tenue cette semaine à Lisbonne, cette session a choisi pour thème « l’immigration, asile et droits humains de la région euro-méditerranéenne ». Un intitulé qui traduit les défis auxquels sont confrontés les pays des deux rives de la méditerranée. En tête de ces défis, l’exacerbation des flux de migrants illégaux qui bravent la mer pour atteindre l’Europe. Une vague sans précédent de migrants désespérés, fuyant la guerre et l’insécurité dans de nombreux pays du Sud. Des réseaux de passeurs sans pitié contribuent à alimenter ce flot parmi lesquels se retrouvent souvent des femmes, des enfants et des bébés.

C’est dans ce contexte que des parlementaires de plus de 40 pays membres de l’UpM ont pris part à la rencontre, ce qui contribue à l’implication des élus euro-méditerranéens dans les débats sur les questions décisives de l’heure. En même temps, cette participation renforce la dimension parlementaire de l’Union pour la Méditerranée.

Créée à Paris en 2008, l’UpM a pris le relais du processus de Barcelone, qui célèbre cette année son 20ème anniversaire. A son lancement en 1995, le partenariat euro-méditerranéen, baptisé processus Euromed, avait jeté les bases d’une coopération multilatérale. Les pays des deux rives de la méditerranée s’étaient fixé des objectifs ambitieux, allant d’un dialogue durable sur les questions politiques et de sécurité, au partenariat économique et financier en passant par la coopération dans les domaines social, culturel et humain.

Laisser un commentaire