Le Parlement européen presse l’Algérie pour un recensement dans les camps de Tindouf

Actualités

peLe Parlement européen n’a pas perdu de temps après le scandale des détournements massifs de l’aide internationale destinée aux camps de Tindouf, en adoptant une résolution conditionnant le maintien de l’aide européenne au recensement de la population sahraouie dans les camps contrôlés par le mouvement Polisario en Algérie.

Au cours de la séance plénière du mercredi 29 avril à Strasbourg, les eurodéputés ont appelé l’Algérie à accepter le recensement de la population dans les camps de Tindouf. L’objectif premier des députés européens est d’adapter le montant de l’aide européenne au nombre de bénéficiaires, lesquels sont surdimensionnés par l’Algérie à des fins politiques et de chantage envers la communauté internationale.

L’OALF, l’office de Lutte Anti-fraude de l’UE qui a révélé, en janvier dernier, les détournements à grande échelle de l’aide, avait estimé le nombre de bénéficiaires à environ 90.000 sahraouis. L’évaluation de l’OLAF qui se base sur des observations par satellite et des estimations scientifiques, contredit les chiffres avancés par l’Algérie. Les responsables algériens qui amplifient ce nombre à plus de 150.000 personnes, refusent depuis quatre décennies tout recensement dans les camps de Tindouf, malgré l’insistance des ONG internationales et du HCR.

Ce gonflement délibéré des chiffres a permis des détournements qui se sont étalés sur plusieurs années et dont ont profité quelques dirigeants algériens et des dignitaires du Polisario, le front armé et financé par l’Algérie qui s’oppose au Maroc dans l’affaire du Sahara occidental.

Avec l’adoption de cette résolution, le Parlement européen entend mettre un terme aux déprédations commises aux dépens de la population sahraouie. Une population déjà fortement défavorisée par les conditions difficiles du désert et le contrôle stalinien des camps. Les sahraouis sont interdits de mouvement à l’extérieur des camps qui sont contrôlés d’une main de fer par le Polisario et le DRS algérien.

La décision des députés du Parlement européen intervient 24 heures seulement après la résolution du Conseil de sécurité, dans laquelle les 15 membres permanent exigent également le recensement de la population des camps de Tindouf en Algérie.

Laisser un commentaire