Maroc/UE: Le problème des exportations agricoles visiblement réglé

Actualités

maroc-ue-tomateLa Commission européenne a finalement retenu une des solutions soumises par Rabat, pour résoudre le problème d’accès des exportations marocaines de légumes et fruits aux marchés de l’Union Européenne (UE).
Une des pistes proposées par les négociateurs marocains a été finalement retenue par la partie européenne, mettant ainsi fin au différend commercial qui opposait depuis près de trois mois, Rabat et Bruxelles suite à la modification unilatérale par l’UE des prix d’accès des fruits et légumes extracommunautaires à ses marchés.
Dans foulée de ce litige commercial, le Maroc a même menacé par la voix de la Fédération interprofessionnelle des fruits et légumes (FIFEL),  de déposer une plainte contre l’UE auprès de la Cour de justice européenne à Bruxelles.
Néanmoins, la Commission européenne qui attend toujours l’adoption finale par le Maroc de l’accord de pêche, a cédé du lest sur le dossier agricole.
Elle a annoncé vendredi dernier, qu’un compromis aurait été finalisé lors d’un  entretien téléphonique entre le commissaire européen à l’Agriculture, Dacian  Ciolos et le ministre marocain de l’Agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhennouch.
Le nouveau régime des prix d’accès des légumes et fruits extracommunautaires tel que modifié en avril dernier par la Commission européenne devrait entrer en vigueur à partir du 1er octobre prochain. Cette décision est motivée selon Bruxelles, par le souci de rendre ce système plus transparent et réduire les possibilités de son contournement par les exportateurs de pays extracommunautaires, dont le Maroc.
En revanche, pour le Maroc, cette révision entrainera une hausse des taxes douanières aux dépens des marges bénéficiaires des exportateurs marocains et impactera négativement l’emploi dans le secteur agricole marocain.
Si le nouveau compromis, comme l’a précisé le porte-parole du commissaire européen à l’Agriculture, Roger Waite, n’annulera pas la modification décidée par la Commission européenne, celle-ci devrait attendre la réponse officielle de Rabat avant de le mettre en application.

Laisser un commentaire