ALECA: Bruxelles veut accélérer les négociations

Actualités

aleca-maroc-ueBruxelles souhaite des échanges plus «constructifs» entre les experts marocains et européens au quatrième round des négociations de l’accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA), qui se tient du 7 au 11 avril à Bruxelles.
L’Union européenne espère « continuer à avancer vers un accord qui marquera un véritable tournant dans les relations commerciales entre l’UE et le Maroc », a indiqué, vendredi, la Délégation de l’UE à Rabat.
Grâce aux réformes déjà entreprises, le Maroc a été le premier pays sud-méditerranéen avec lequel Bruxelles a choisi de négocier un tel accord qui devrait faciliter l’intégration progressive de l’économie marocaine dans le marché intérieur de l’UE.
L’ALECA, dont les négociations ont été lancées le 22 avril 2013 à Rabat,  rappelle la délégation de l’UE, est une suite logique dans les relations commerciales avec le Royaume, après la libéralisation des échanges industriels et agricoles entre les deux parties.
L’ALECA couvrira une gamme complète de domaines réglementaires d’intérêt commun, tels que la facilitation des échanges, les mesures sanitaires et phytosanitaires, la protection des investissements, les marchés publics et la politique de concurrence. L’accord devrait en outre, contribuer la réduction des obstacles non tarifaires, la simplification des procédures douanières, la libéralisation du commerce des services, la protection de l’investissement et l’harmonisation des réglementations dans plusieurs domaines de l’environnement commercial et économique, explique la même source.
L’ALECA s’inscrit dans le cadre de la nouvelle génération d’accords de libre-échange que l’UE envisage de conclure avec quatre pays du sud de la Méditerranée à savoir le Maroc, la Jordanie, la Tunisie et l’Egypte.
Il traduit, selon Bruxelles, «l’engagement profond» de l’UE en faveur du développement de ses échanges et de ses investissements avec ses partenaires qui choisissent la voie des réformes.
Du côté marocain, les opérateurs privés qui ne sont pas directement associés aux négociations en cours, attendent de voir un peu plus clair pour afficher leurs appréciations sur le futur accord.

Laisser un commentaire