Le Maroc s’intéresse au modèle européen de régulation de l’audiovisuel

Actualités

hacaStrasbourg a abrité en ce début de semaine des concertations entre le Maroc et l’Union européenne (UE) en matière de coopération dans le domaine de l’audiovisuel.
Ces contacts ont lieu dans le sillage de l’adhésion du Maroc à l’Observatoire européen de l’audiovisuel.
Les thématiques abordées concernent la convergence, la radio numérique, la VOD (vidéonumérique à la demande), les mutations des modèles économiques dans les métiers de l’audiovisuel, les systèmes de financement du service public audiovisuel et de l’industrie du film, la collecte et l’analyse des données ainsi que les défis de réforme des législations de l’audiovisuel.
Le Directeur général de la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA), Jamal Eddine Naji, en mission d’information de trois jours depuis lundi à Strasbourg, a eu une série d’entretiens à ce sujet, avec la Directrice exécutive de l’Observatoire, Suzanne Nikoltchev. Le DG de la HACA tenu à la même occasion, des séances de travail avec les responsables des différents départements de l’institution européenne.
Ces derniers estiment que l’adhésion du Maroc à l’Observatoire européen de l’audiovisuel est une ouverture pertinente et enrichissante pour l’institution européenne. Ils ont rappelé au passage, les avancées enregistrées par le Royaume en matière de libéralisation du secteur de l’audiovisuel et son rayonnement confirmé dans plusieurs réseaux de régulateurs, notamment le Réseau de l’Instance Africaine de Régulation de la Communication (RIARC), le Réseau francophone des régulateurs des médias (REFRAM) et le Réseau des institutions de régulation méditerranéennes (RIRM).
Du côté marocain, cette adhésion permet aux professionnels marocains de l’audiovisuel de tirer profit les modèles d’approche et de mécanismes déjà en place en Union européenne, pour accéder aux meilleurs standards européens, aussi bien au niveau de la gouvernance du marché de l’audiovisuel et du film et des politiques publiques d’aide à ces industries, qu’au niveau de la promotion de la qualité des contenus.
L’ensemble de ces actions s’inscrivent dans le cadre du partenariat multidisciplinaire scellé entre Bruxelles et Rabat depuis l’octroi par l’UE du Statut avancé au Maroc en 2008 et des nombreux autres accords de coopération sectorielle.

Laisser un commentaire