Washington réaffirme son soutien au plan d’autonomie marocain pour le Sahara

Actualités

obama-m6Les Etats-Unis et le Maroc ont mis fin aux récents incidents de parcours ayant passagèrement brouillé leurs rapports bilatéraux, puisque l’administration Obama a de nouveau réaffirmé son franc soutien au plan d’autonomie marocain pour le Sahara et relancé le partenariat stratégique avec son allié marocain.
Le porte-parole de la présidence américaine, Jay Carney a affirmé que ce plan était aux yeux des Etats-Unis « sérieux, réaliste et digne de foi ».
La proposition marocaine, a-t-il assuré, « représente une approche potentielle qui peut satisfaire les aspirations des habitants du Sahara occidental pour diriger leurs propres affaires dans la paix et la dignité ».
Washington s’est également engagé à continuer à soutenir les efforts pour trouver une solution pacifique, durable et mutuellement acceptable à cette question.
Peu après le point de presse de Carney, le Président américain, Barack Obama et son hôte marocain, le Roi Mohammed VI ont tenu Vendredi après-midi, leur premier tête-à-tête au bureau ovale à la Maison Blanche.
Ils ont pu ainsi tracer une nouvelle feuille de route pour la coopération bilatérale et le partenariat stratégique entre les deux pays dans presque tous les domaines économique, culturel, politique, sécuritaire, militaire, géostratégique etc.
Dans un communiqué conjoint publié à l’issue de cette rencontre, le président Obama et le Roi Mohammed VI se sont engagés à faire progresser les priorités partagées des deux pays, pour un Maghreb, une Afrique et un Moyen Orient sécurisés, stables et prospères.
Tout en saluant l’action et le leadership du Souverain marocain dans la consolidation de la démocratie, la promotion du progrès économique et du développement humain, durant la dernière décennie, le Président Obama a réaffirmé la volonté de son pays de contribuer au renforcement des institutions démocratiques du Maroc, de la société civile et de la gouvernance inclusive.
Au plan économique, le Président Obama a mis en exergue la nouvelle stratégie de développement pour 2013-2017 de l’Agence Américaine pour le Développement International, élaborée pour aider le gouvernement marocain à atteindre ses objectifs de réforme et à répondre aux besoins des citoyens marocains notamment à travers l’amélioration de l’accès des jeunes à l’emploi.
Les deux pays ont signé à cette occasion, deux importants accords portant sur l’assistance douanière mutuelle et la facilitation des échanges qui favorise l’Accord de Libre-Echange USA-Maroc.
Au plan régional, le document met en exergue l’importance du Maroc en tant que plate-forme pour l’Afrique du Nord et l’Afrique sub-saharienne en termes de commerce et d’investissement ainsi que les avantages du maintien d’un climat d’affaires attrayant pour l’investissement dans le Royaume, en tirant profit des contacts « business-to-business » dans les  secteurs de l’aéronautique, de l’industrie, de l’agriculture et de l’agroalimentaire, de l’automobile et de l’énergie.
En matière de coopération éducative et culturelle, les deux pays s’engagent à renforcer et à diversifier les programmes d’échange qui incluent la Commission Maroco-Américaine pour les Echanges Educatifs et Culturels.
En matière de sécurité régionale et de lutte contre le terrorisme, les deux dirigeants ont pris note de leur partenariat au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies, durant les deux dernières années, pour la promotion de la paix et la sécurité internationales, particulièrement au Mali, au Sahel, en Syrie, en Libye, et au Moyen Orient. Ils ont réaffirmé leur engagement à poursuivre l’approfondissement de la coopération civile et militaire
Face aux menaces persistantes du terrorisme, les Etats Unis et le Maroc entendent poursuivre leur coopération civile et militaire dans les domaines de la non-prolifération et de lutte contre le terrorisme, soutenir les institutions démocratiques de la justice pénale et faire face à la menace de l’extrémisme violent dans la région.
Les deux chefs d’Etat ont enfin convenu de maintenir un contact étroit et de désigner un officiel de haut rang de chaque côté pour le suivi de la mise en œuvre de cette nouvelle feuille de route. Finalement entre Rabat et Washington « all ’ s well that ends well ».

Laisser un commentaire