Les quatre vérités de Gilles Pargneaux sur les détracteurs du partenariat Maroc-UE

Actualités

PARGNEAUX-MarocCes dernières années, les relations entre l’Union européenne (UE) et le Royaume du Maroc ont été empreintes de volontés partenariales mais aussi paradoxales. Or, au sein du Parlement européen, commente le député socialiste français, Gilles Pargneaux «certains donnent le sentiment de s’acharner à la moindre occasion sur le Maroc».
Dans un article publié sur sa page Twetter et repris par le journal électronique «Le Huffington Post», Pargneaux, eurodéputé du Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates,  rappelle que le Maroc est le premier et le seul pays arabe à avoir un statut avancé avec l’UE, un statut qui a depuis évolué vers la constitution d’une zone de libre-échange approfondie actuellement en négociation. De ce fait, ajoute-t-il, le Maroc est devenu, par la volonté personnelle de Mohammed VI et les réformes entreprises sous son règne, « une vitrine dans un monde arabe particulièrement instable ». Or, au sein du Parlement européen, déplore-t-il, certains (eurodéputés) « donnent le sentiment de s’acharner à la moindre occasion sur le Maroc ».
Il cite à ce titre, la difficile ratification de l’accord agricole Maroc-UE, le rejet d’un accord de pêche qui avait mis sur le carreau des centaines de pêcheurs espagnols. Pour l’actuel accord de pêche en attente d’être ratifié par le Parlement européen, témoigne-t-il, « certains de mes collègues profitent d’un rapport parlementaire qui avait pour objectif d’étudier les droits de l’homme au Sahel, pour tenter de discréditer le Maroc en voulant y inscrire fortuitement la problématique du Sahara occidental ».
« S’il y a encore des améliorations à entreprendre, le Maroc voit néanmoins ses efforts démocratiques et sociaux minés par le problème du Sahara » relève le député socialiste.
Le conflit au Sahara Occidental, note-t-il, n’a que trop duré. « Voilà 40 ans déjà que la communauté internationale est sans solution, il est temps d’en finir » soutient Gilles Pargneaux, affirmant qu’une « solution politique apparait comme étant la seule envisageable et la seule durable face à l’impasse dans laquelle se trouvent les négociations ».
Le statut d’autonomie au Sahara que le Maroc a proposé aux Nations Unies, constitue, suggère-t-il, «la meilleure voie à emprunter, celle de l’inclusion politique des Sahraouis, inclusion qui sera un vecteur de pacification et de diminution des frustrations pour des populations locales qui doivent pouvoir mieux s’exprimer ».
Gilles Pargneaux qui a séjourné à plusieurs reprises à Laâyoune et à Dakhla, en tant que Président du groupe d’amitié Union européenne-Maroc, témoigne de la bonne volonté des hautes autorités du Maroc d’œuvrer pour une résolution pacifique de ce conflit.
Une résolution qui rendra en même possible, de l’avis de Pargneaux, la réconciliation entre l’Algérie et le Maroc. Tels sont, a-t-il conclu, certains des objectifs et ambitions que le groupe d’amitié UE-Maroc entend vouloir atteindre.

Laisser un commentaire