Accord de pêche Maroc-UE, la balle est dans le camp du PE

Actualités

Peche-Maroc-UELe devenir du nouveau protocole de Pêche liant le Maroc et l’Union Européenne (UE), paraphé il y a déjà plus de deux mois à Rabat, se joue actuellement à Bruxelles.
Cet accord devrait être approuvé par les parlements européen et marocain pour pouvoir entrer en vigueur.
En attendant, les membres du gouvernement et du parlement espagnols, s’activent à pleins gaz pour  faire aboutir cet accord qui revêt « une grande importance pour l’Espagne », comme l’a affirmé dernièrement le ministre espagnol de l’Agriculture, Miguel Arias Canete.
En marge de l’ouverture du Forum Agropolis à Cordoue, Canete a fait part de son intention de sensibiliser les différents groupes parlementaires européens, à la pertinence et à l’importance des retombées positives de cet accord sur le secteur de la pêche ibérique et particulièrement andalouse.
Le ministre espagnol révèle aussi avoir adressé des lettres aux dirigeants de tous les partis politiques de son pays, les incitant à soutenir un vote favorable de l’accord au sein du parlement européen.
Après six rounds d’âpres négociations, le nouveau protocole de Pêche Maroc-UE a été finalement paraphé, en juillet 2013 à Rabat, par Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime et Maria Damanaki, Commissaire européenne en charge des affaires maritimes et de la pêche.
D’une durée de quatre ans, le nouvel accord prévoit 6 catégories de pêche avec une réduction de la flotte de pêche par rapport à l’ancien protocole, en autorisant 126 navires européens contre 137 dans le cadre de l’ancien protocole. La contrepartie financière totale annuelle estimée du protocole se chiffre à 40 millions d’euros, dont 14 millions dédiés à la poursuite de la mise en ouvre du plan de développement du secteur de la pêche « Halieutis », tout en assurant une gestion durable et responsable des ressources halieutiques.
Si du côté de Rabat, l’approbation ne pose pas de problèmes pourvu que les conditions formulées par le Maroc soient respectées, il en est tout autrement pour la partie européenne. Le nouveau protocole divise les membres du parlement européen entre opposants et défenseurs et c’est aux espagnols et aux autres partenaires du Maroc de faire pencher la balance en faveur de l’approbation du nouveau protocole.

Laisser un commentaire