Le Sénat français s’intéresse aux progrès du Statut avancé au Maroc

Actualités

senat-france-marocLe Sénat français a dépêché dernièrement au Maroc, une délégation de sa Commission des affaires européennes  pour une mission d’information sur les réalisations et l’avancement du Statut avancé.
La mission était conduite par le président de la dite Commission, Simon Sutour (socialiste) et comprenait les vice-présidentes, Bernadette Bourzai (socialiste) et Catherine Morin-Desailly (UC-UDI) et le sénateur Jean-François Humbert (UMP).
La délégation française, arrivée le 2 septembre à Rabat, a tenu plusieurs séances de travail avec des membres du gouvernement, des élus, des responsables en charge des négociations avec l’UE et des représentants du monde économique et de la société civile.
Elle avait pour mission d’évaluer la mise en œuvre des objectifs du Statut avancé que l’Union européenne avait accordé au Maroc en 2008 dans le cadre du partenariat liant les deux parties.
Bruxelles tient à la réussite de cette expérience pionnière pour en faire un modèle devant être étendu à d’autres pays de la rive sud de la Méditerranée.
Selon l’ambassade de France à Rabat, l’ambition des rapporteurs était de rappeler que l’UE a « un rôle indéniable à jouer en vue de favoriser le développement économique et social et les transitions démocratiques dans la rive sud de la Méditerranée en l’intégrant progressivement au sein du marché européen, au travers de formules innovantes à l’image du Statut avancé accordé au Maroc».
Le Maroc et l’UE qui sont mus par la volonté  de «globaliser» leurs relations bilatérales en les renforçant dans tous les domaines, sont actuellement en discussion pour passer du stade du Statut Avancé à celui d’un Accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA).
Au demeurant, précise-t-on de même source, il s’agit d’opérer tout rapprochement facilitant «l’intégration progressive du Maroc dans le marché intérieur commun et l’accroissement de la convergence législative et réglementaire ».
Bien que l’assistance financière joue un rôle d’accompagnement essentiel dans la mise en œuvre du statut avancé au Maroc, les jumelages et l’instrument d’assistance technique et d’échange d’informations (TAIEX) restent aux yeux de l’UE, des instruments privilégiés de la coopération bilatérale.

Laisser un commentaire