Un nouvel accord de pêche Maroc/UE paraphé à Rabat

Actualités

La flotte de pêche européenne sera bientôt de retour dans les eaux marocaines.
Après de longs mois de négociations et de tractations, le Maroc et l’Union européenne (UE) sont finalement parvenus à se mettre d’accord sur les termes d’un nouvel accord de pêche.
La Commissaire en charge des affaires maritimes et de la pêche, Maria Damanaki a du faire se déplacer en personne jusqu’à Rabat, pour parapher le nouveau protocole, avec le ministre marocain de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, Aziz Akhannouch.
Les armateurs des 126 bateaux de pêche européens autorisés par le nouvel accord d’opérer dans les eaux maritimes marocaines, devraient encore patienter le temps que le nouvel accord puisse être ratifié par les parlements marocain et européen, pour pouvoir larguer les amarres et faire le cap en direction des eaux marocaines.
Faut-il rappeler que c’était le Parlement européen qui avait rejeté, fin 2011, la prolongation du précédent accord de pêche.
Après une série de réunions exploratoires, les délégations des deux parties ont entamé le 8 novembre dernier, des négociations en vue de la conclusion d’un nouveau protocole de partenariat entre le Maroc et l’UE dans le secteur de la pêche.
Néanmoins, il a fallu six rounds de pourparlers, dont le dernier s’est tenu les 18 et 19 juillet à Rabat, pour que les experts parviennent à s’entendre sur les termes du nouvel accord d’une durée de quatre ans et qui prévoit l’autorisation de 126 chalutiers de la flotte européenne d’opérer dans les pêcheries marocaines en contrepartie financière de 40 millions d’Euros qui iront dans les caisses de l’Etat marocain.
Durant ces négociations, le Maroc a toujours fait part de son souhait de parvenir avec l’UE à un accord juste et équilibré en termes d’extractions, de bénéfices et de contrepartie financière.
Les experts marocains ont également insisté tout au long des pourparlers, sur les moyens humains et matériels à même de garantir la préservation et l’exploitation durable et responsable des ressources halieutiques nationales.
Les pêcheurs espagnols ont été les premiers à se réjouir de la conclusion du nouveau protocole d’accord de pêche puisqu’ils sont les plus grands bénéficiaires. En revanche, le ton n’est pas le même chez les professionnels marocains de la pêche. L’arrivée d’un concurrent est toujours mal vue et cela s’entend.

Laisser un commentaire