Une grande mue dans le partenariat Maroc-UE

Actualités

Le Maroc et l’Union européenne (UE) entameront dans près d’un mois des négociations pour la conclusion d’un nouvel Accord de Libre-échange Complet et Approfondi  (LECA). Le Maroc sera ainsi le premier pays avec lequel l’UE s’apprête à mettre en œuvre un accord de ce genre, comme l’a expliqué le Président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, qui était en visite le 1er mars au Maroc.
L’ALECA, dont l’objectif dépasse la simple libre circulation des biens et services, a-t-il précisé, est « l’instrument qui permettra de concrétiser le principe de l’intégration économique (du Maroc) au marché européen » et de créer un environnement d’affaires « plus prévisible et plus stable » entre les deux partenaires.
Cet accord, a souligné Barroso, vise la libéralisation du commerce des services, la protection de l’investissement et l’harmonisation des réglementations dans plusieurs domaines de l’environnement commercial et économique.
Parallèlement à ce projet d’accord dont les discussions vont débuter le 22 avril à Rabat, les deux partenaires, a précisé Barroso, ont par ailleurs, conclu les négociations sur une déclaration politique en vue de la signature prochainement d’un Partenariat pour la mobilité. Ainsi, le Maroc et l’UE auront franchi une étape importante vers un espace économique et humain commun dont l’objectif est à la fois de lutter contre l’immigration clandestine et de faciliter l’obtention de visas pour les Marocains souhaitant se rendre dans l’espace Schengen.
En attendant l’aboutissement de cette série de négociations, les deux parties ont également progressé dans leurs discussions sur la voie d’une libéralisation du commerce des services, un projet à inscrire dans le cadre du futur Aleca.
A l’occasion de la visite de Barroso, le Maroc et l’UE ont également signé le mémorandum financier du programme d’appui à l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) pour la période 2013-2015 portant sur un montant de 25 millions d’euros.
Le président de la Commission européenne a souligné au passage la place particulière qu’occupe le Maroc, « partenaire privilégié de l’Union européenne », dans la nouvelle politique de voisinage européenne.
Les avancées démocratiques du Maroc, a-t-il affirmé, sont une des raisons qui expliquent « nos excellentes relations bilatérales et le Statut avancé dont le Maroc jouit. Nos relations sont ancrées dans une coopération renforcée en matière de politique et de sécurité, dans un volet économique important et dans une intense coopération sectorielle qui va de la pêche jusqu’à l’agriculture et qui ont un impact direct dans la vie de nos citoyens. Tous ces domaines sont compris dans le Plan d’Action 2013-2017 que nous avons récemment approuvé et qui servira désormais de cadre opérationnel de nos relations ». La coopération entre le Maroc et l’Union européenne, entamée de manière officielle par l’accord d’avril 1973, prend ainsi une dimension tout à fait exceptionnelle.

Laisser un commentaire