L’UE prête à doper la modernisation de l’économie marocaine

Actualités

L’Union européenne (UE) compte mettre le paquet dans la modernisation de l’économie marocaine. Selon le Directeur général adjoint, DG TRADE, à la Commission européenne, Peter Balas, l’UE est prête à concentrer ses investissements dans le royaume, sur les machines, le matériel de transports et les produits chimiques afin de stimuler la modernisation et le développement de l’économie marocaine.
L’accroissement des investissements européens constitue le meilleur moyen d’améliorer la valeur ajoutée au Maroc, où les secteurs de l’industrie et de l’agriculture bénéficient de bonnes conditions, a déclaré Balas mardi dernier à Bruxelles, en marge de la conférence sur la croissance et les réformes dans les relations commerciales entre l’UE et le monde arabe.
Après avoir mis l’accent sur l’avantage qu’offre le marché européen aux produits agricoles et industriels marocains, le responsable s’est dit ravi que l’UE soit déjà liée au Maroc par un accord de libre-échange qui couvre le secteur de l’agriculture et contribue actuellement à doper le commerce bilatéral.
Le responsable européen a en outre, émis l’espoir que l’accord Maroc-UE relatif aux services actuellement en cours de négociations, couvre de nouveaux secteurs et offre de nouvelles opportunités pour accroître la valeur ajoutée des produits et services dans le royaume.
Avec cet accompagnement de l’Union européenne, les producteurs et promoteurs publics et privés marocains vont pouvoir mieux valoriser leurs produits locaux notamment ceux dédiés à l’exportation. Il s’agit grosso modo de transformer les produits agricoles, miniers ou industriels en produits finis, au lieu de les vendre à l’état brut, ce qui augmentera sensiblement leur valeur ajoutée.
Déjà en octobre dernier, l’Union européenne avait annoncé la conclusion d’un accord de prêt de 130 millions d’euros avec l’Office chérifien des phosphates (OCP). Ce prêt accordé par la Banque européenne d’investissement (BEI), l’institution de financement à long terme de l’UE, est destiné à la modernisation de ses infrastructures du géant marocain des phosphates et produits dérivés. En ces temps de crise, l’octroi d’un tel prêt qui s’inscrit «dans la continuité du contrat de financement de 200 millions d’euros signé le 30 décembre 2011» traduit le degré de confiance dont jouissent les institutionnels marocains auprès des institutions financières régionales et internationales. Le Statut avancé et le dernier accord de libéralisation des produits agricoles et de la pêche font du Maroc un partenaire privilégié de l’Union européenne dans la rive sud de la Méditerranée. Avec l’ouverture très prochainement d’une zone de libre échange, les deux partenaires auront franchi un nouveau grand pas dans leur politique de rapprochement.

Laisser un commentaire